Nucléaire Symphony



 



Je suis Charlie.
Oui a la liberté d'expression.

Partagez|
Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Dim 7 Sep - 12:31

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Tout avait pourtant bien commencé …

Nathaniel s’était levé tôt. Il avait admiré le corps parfait de Matvei encore enroulé dans les draps, il s’était habillé et était tombé sur la nouvelle, sous la forme d’un papier skotché sur son frigo. « Journée libre ». Il n’avait donc pas de travail …

Alors il décida de sortir, seul, sans ses gardes du corps. Il avait besoin d’être un peu seul. La nouvelle du mariage approchait, et il se sentait bizarre.

Il choisit un café et y pénétra. C’était son café préféré. Il s’y rendait dès qu’il avait quelques minutes. Le propriétaire avait un jour insisté pour lui offrir le café, il avait refusé. Ce n’était pas ça qui allait le ruiner.

Assit à sa table, les yeux dans le vague, il sirotait son capuccino, pensant à ce qu’il allait faire après.

Soudain, un bruit assourdissant lui vrilla les tympans. Un bruit suivit d’une onde de choc qui balaya le café, soulevant sa table et l’envoya valser contre le mur. Nathaniel fut propulsé de sa chaise et envoyé au sol, dans la poussière. Sa tête cogna violement le carrelage, il perdit connaissance.

Quand il se réveilla, le café était vide, saccagé. Tout était détruit et incroyablement calme. Il entendit bientôt des murmures, des voix et des pleurs. Il ouvrit les yeux et se releva.
Il était seul dans le café. Tout le personnel avait été évacué et se tenait à bonne distance à plusieurs mètres à l’extérieur.

Des hommes casqué et lourdement armés du fusil d’assaut l’encerclaient, le tenant en joue. Il tenta de garder un visage calme, malgré la surprise. Un homme aboya

« A genoux enfoiré ! »

Il tremblait. Ne comprenant plus rien de ce qui lui arrivait. Il sentit un coup de crosse lui balayait la nuque, il tomba tout seul à genoux, la tête baissée.
L’homme s’avança et pointa le canon de son arme sur sa tête

« Nathaniel Barthélémy De Castille. Je n’ai pas ton argent ni ta prestance, mais c’est à moi que revient le droit de te faire sauter la cervelle. Une dernière volonté ? »

Nathaniel le regarda avec un regard d’incompréhension. Avant de sourire légèrement.
Il allait mourir. Tout se finissait maintenant. Tant de temps passé à travailler pour avoir le monde à ses pieds, tant de vies brisées. Tout allait être réduit à néant. Il releva le visage, regardant le tireur dans les yeux.

« Je veux seulement que tu m’épargne la souffrance. »

Le militaire resta silencieux un moment avant de se tourner vers ses compagnons.

« Vous avez entendu ? Il ne veut pas souffrir ! »


L’assemblée fut prise d’un fou rire collectif, Nathaniel ne comprenait pas. L’homme se retourna brusquement et lui asséna une claque monumentale. Il était armé de point américains. Il tomba sur le côté, crachant une petite flaque de sang au sol. Avant même qu’il se relève, un coup de pied au ventre lui coupa la respiration. Il toussa. Des gouttes de sang virent perler sur sa belle chemise blanche. L’homme continua

« Mais tu vas souffrir enfoiré. Tu vas ressentir tout ce qu’on ressentit tes victimes quand tu as détruit leur vie. Tu vas être à leur place, dans la poussière. »

Nathaniel dévia son regard. De la fenêtre, il pouvait apercevoir Barthélémia. Un sentiment de tristesse l’envahit. Toute l’œuvre de sa vie …

Il n’eut pas le temps de la regarder plus longtemps, on le saisit par les cheveux et on le replaça à genoux.

L’homme chargea son fusil et posa son doigt sur la détente

« Suffit ! »

Un nouveau silence s’installa. Un autre homme traversa la foule pour venir se planter devant le bourreau.

« Nous avions un contrat ami Hunters. Vous devez vider les lieux et vous amuser un temps avec lui, mais le devoir de l’exécuter revenait à mes hommes. »

Le Hunter grogna mais recula. Nathaniel comprenait à présent. Il était condamné à être tué de la main d’un Nucléaire.

Avant de laisser passer ces derniers, le groupe de Hunter se jeta sur lui et lui assénèrent coups et souffrances, laissant à ses vrais bourreaux, un Nathaniel en sang.

Il avait mal de partout. Chaque mouvement était une douleur nouvelle, il saignait de la bouche, du nez et de diverses plaies qui parsemaient son corps. Il était à genoux et releva la tête. Autant mourir dignement.

Il aperçu son bourreau au loin, un homme marchant avec assurance, un fusil à la main. Il se sentait déjà partir. Alors il ôta son anneau de fiançailles et le posa délicatement au creux de sa main, le serrant fort contre lui. Il ferma doucement ses yeux verts, ne préférant pas voir le visage de celui qui avait pour ordre de le supprimer de cette terre et attendit de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Lun 8 Sep - 16:52

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Hey ^^ suite à la décision de Johan, je modifie l'ordre ^^ voilà le nouveau

Nathaniel (qui a posté x))
Kuze
Lacie
Johan
Matvei !

Si quelqu'un à des problèmes, qu'il pense à me prévenir par mp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Mar 9 Sep - 4:28

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel (qui a posté x))
Lacie
Johan
Matvei
Kuze

L'ordre a changé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Jeu 11 Sep - 16:57

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel (qui a posté x))
Johan
Matvei
Lacie
Kuze

L'ordre à changé ^^ c'est donc au tour de Johan Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Jeu 11 Sep - 22:20

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Journaliste
Citation: Cheeese ?~














L'ombrelle fixée sur son épaule, la capuche bien vissée sur sa tête il tenait fermement la sangle de sa sacoche calée contre son bassin. Sacoche qu'il ne trimballait que lors de rares occasions pour la simple et bonne raison qu'il s'agit de son petit outil de "caméra cachée" très pratique surtout dans ce genre de situations...On parle du fils De Castille après tout, et quand on écoute brièvement les conversations à droite et à gauche concernant les Hunter qui prévoiraient un truc contre ce jeune homme aux tendances mégalomanes plutôt développées on comprends très très vite que ça peut devenir fort intéressant pour un journaliste de porter un minimum d'attention à tout ça. Et c'était donc ce qu'il était venu faire aujourd'hui.

Soyons franc, le jeune De Castille, Johan n'en a strictement rien à faire, qu'il meurt, qu'il vive ou qu'il continue ses délires de garçon pleins aux as, ça ne changerait rien à sa vie personnelle. Il y avait cependant un truc qui lui plaisait chez lui : le fait qu'il veuille tout détruire, que ce soit les Nucléaires comme les Hunters. Après tout, c'était une façon radicale de mettre les choses au claire et de vouloir s'imposer et le rouquin lui, s'en moquait, tout ce qu'il retenait dans cette fameuse rumeur, c'était le fait qu'il veuille supprimer les nucléaires. Et si il n'y avait plus de Nucléaires alors il n'y aurait plus besoin des Hunters, n'est-ce pas ? Il resterait des petits délinquants, mais la menace principale serait éradiquée et c'était ça qui lui plaisait : plus de Nucléaires, moins de peur dans les rues, moins de massacres...Tout serait diminué mais pas supprimé pour autant, il ne fallait pas être naïf à ce point.

Il était avec un groupe de "camarades", légèrement reculé, il bougeait un peu pour voir l'action qui se déroulait et qui semblait de plus en plus tourné à un lynchage plutôt qu'en autre chose. Et plus il regardait la scène et plus il croyait voir une espèce de bande de délinquants sans courage qui s'attaquait à un pauvre gars tout seul, le rire collectif pour une exclamation sans aucun sens lancé par le "Boss". Johan fixait tout ça silencieusement, il regardait le blanc souffrir, sans que ça ne lui fasse ni chaud ni froid, il entendit ensuite le bruit d'un chargeur...Attendant patiemment le coup de fusil pour ensuite repartir tranquillement et livrer la vidéo au plus offrant mais non, ils en avaient décidé autrement. Il leva son regard bleu vers les nouveaux intervenants, grinçant sérieusement des dents, serrant les poings. S'avançant silencieusement vers le cœur de l'agitation il fixait avec un regard haineux celui qui semblait vouloir prendre le rôle du bourreau. Il souffla un bon coup pour se calmer, pour se calmer lui et son cœur qui battait à cent à l'heure, pour calmer ses pulsions, sa haine, pour tout faire redescendre. Bousculant une poignée de personne il fit irruption dans le cercle, se retrouvant fixé par la quasi totalité du groupe.

«Allons, Allons, réfléchissez avant d'agir aussi vite. Je comprends parfaitement que vos personnes ici présentes soient purement excités à l'idée de lui exploser le crâne et de l'enterrer mais...Réfléchissez. Bien que connue, vous restez tous les deux des organisations ne se basant que sur des petites choses...vous pourriez utiliser Monsieur De Castille pour obtenir de l'argent et donc augmenter votre influence. Parce que si vous pensez que éclater la cervelle au patron de Bartelemia vous aidera, c'est que vous n'avez pas beaucoup réfléchit...»

Les réactions ne se firent pas attendre, Johan était au beau milieu de l'attention désormais, un large sourire au lèvres, toujours plus ou moins caché par sa capuche et son ombrelle il avait obtenu ce qu'il voulait : il avait semé le doute dans leur esprit et donc...avait destabilisé les troupes. Il n'avait pas fait ça pour sauver la peau du blanc, non, il avait juste fait ça pour éviter aux Nucléaires d'obtenir ce qu'ils voulaient : sa tête. Il voulait gagner du temps, les divisés en plusieurs groupes afin de pouvoir mieux frapper...Et bien sûr, il ne leur cèderai pas De Castille ainsi, il était hors de question qu'il touche à sa richesse...Un des Nucléaires s'avançat vers le garçon, se mettant à son niveau, en tentant de l'inspecter, il le fixait avec insistance avec le regard le plus suspicieux au monde.

«Montre-nous ta trogne ? T'es qui au juste ?»

Affichant un sourire encore plus large, il retira lentement sa capuche, baissant un peu son ombrelle afin que l'on puisse voir son visage beaucoup mieux et liberant ainsi sa fine tresse rouquine, dévoilant son teint archi-blanc et ses yeux bleus remplis de malice... Il s'en foutait, que l'on connaisse sa trogne, oui, il s'en moquait complètement, de toute façon, tout serait bientôt finit. Oui, très très vite...

«Juste un spectateur qui donne son avis.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Mer 17 Sep - 9:46

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Matvei avait entendu Nathaniel se lever. Ils avaient encore une fois passé la nuit ensemble mais Matvei ronchonnait un peu à se lever. Il avait donc feinté l'endormissement afin de rester un peu seul. Aujourd'hui, il avait une mission à réaliser. Il n'en avait bien entendu pas parlé à Nathaniel. Ces affaires ne regardaient que son « clan », les Nucléaires. Impossible d'en parler à qui que ce soit. Il avait discrètement regardé Nathaniel sortir de la chambre.

Une fois sortit, Matvei se leva. Il consulta de nouveau son téléphone il avait reçu un sms deux jours auparavant. Le jeune homme avait un téléphone spécialement réservé aux appels Nucléaire, une façon ce ne pas mélangé vie privée et vie « professionnelle ». Il relu le texto :

« Mission pour toi. Te promets un grand divertissement. »

Après avoir reçu ce texto, le Nucléaire avait donc contacté son « supérieur ». Celui-ci lui avait dit le strict minimum : une cible, une bombe à préparer et un back up en cas d'échec de la bombe à assurer. Matvei avait donc travaillé quelques heures avec les autres à la préparation de l'explosif. Il n'avait pas demandé plus de détail et son supérieur ne lui en avait pas donné, sûrement connaissait-il l'amour de Matvei pour la simplicité et les choses concises. Et sûrement était-ce pour cela qu'on l'avait choisi sur cette mission.

Matvei savait que le jour J était arrivé, il lui fallait maintenant se rendre au point de rendez vous. Le Nucléaire se leva finalement point pied bon œil. Il arnacha ses renforts, si le supérieur disait vrai la journée serait mouvementée. Un jean gris, un marcel noir, un sweat à capuche noir qu'il ne ferma pas, bref, la routine. Il emporta également son masque et le cacha sous son sweat afin le mettre en temps propice. Matvei alla ouvrir la penderie dans la salle de bain, il avait caché dans son côté du rangement une arme. Généralement Matvei n'aimait les armes, les seules qui étaient valables selon lui étaient ses poings. Cependant, le supérieur avait insisté, mais qui était cette cible ? Il avait réussi à faire rentrer l'arme avec une telle aisance dans Barthélémia que cela en avait été effrayant ! Il y a seulement quelques temps, il n'aurait jamais pu faire cela.

Juste avant de partir, il écrivit un mot à l'attention de Nathaniel, au cas ou ce dernier rentrerai avant lui. « Mon Amour, rendez vous avec groupe, aucune idée de l'objectif, aucune idée du temps que ça va prendre. Je t'aime. M. »

Il partit donc jusqu'au lieu de rendez vous : un café. Matvei attendait patiemment, caché au coin de la rue, que la bombe explose. Une fois cela fait, il enfila son masque couvrant son visage, rabattit sa capuche cachant ses cheveux. Un groupe de nucléaires le rejoignit et ils entrèrent en force dans le café. Chacun avait sa place.

Le jeune homme savait exactement ou il devait être. D'ailleurs, cette place ne lui convenait guère car il était à l'écart de l'action. La place du jeune homme se trouvait à l'étage, derrière la porte menant au balcon. Matvei n'entendait donc que des voix qui s'élevaient. Il ne les distinguait pas mais devinait aisément un tumulte certain en bas.

La tension montait en Matvei en même temps que celle d'en bas. Il voulait agir, rester ainsi à attendre ne lui suffisait pas. Il voulait entrer dans cette salle, tuer la cible et déclencher une bagarre générale si l'occasion se présentait. Le Nucléaire supportait mal la pression, cela le laissait réfléchir et dieu seul sait combien cela peut s'avérer dangereux. Matvei pensait que sa mission consisterait à foncer dans le tas, descendre cette cible et rentrer à Barthélémia retrouver son mari. Au bout de quelques minutes seulement il explosa et se pointa juste devant son supérieur :

« Le divertissement ne se trouve certainement pas ici, dans cette salle miteuse. 
- Calme toi enfin ! Tu vas énerver tout le monde.
- Tu m'avais promis de l'action et c'est pourquoi je suis venu ici. C'est pour ça que tu m'as appelé. »

En effet, Matvei tournait en rond dans la petite pièce, tantôt collant son oreille à la porte, tantôt jouant avec le Beretta qu'on lui avait procuré. Il piétinait, faisait les 100 pas, bousculait les autres d'un coup d'épaule. Plus le temps passait, et moins il se tenait. Il eut une brève pensée en se demandant ce que Nathaniel penserait s'il le voyait avec une de ses armes préférées, il trouverait ça sexy de toute évidence.. Il n'eut pas le temps d'y penser plus car son supérieur venait de craquer :

« Toi ! Dehors ! Descend dans la fosse si tu le veux. »

Matvei hocha la tête et sortit de la salle. Il ferma la porte discrètement derrière lui et prit les escaliers en métal. Une fois en bas, dans la salle principale -ou tout du moins ce qu'il en restait-, Matvei se fraya un chemin dans la foule. Ce fut une tâche aisée pour lui, de base il impressionnait mais ainsi vêtu et masqué c'était encore plus flagrant. Il poussait ainsi les récalcitrants et projetait simplement une ombre sur les plus impressionnables.  

Le nucléaire arriva donc dans les premiers rang du cercle et s'arrêta d'un coup. Ces cheveux blancs, ces épaules, cette silhouette... Il connaissait tout cela. Il connaissait même cela par cœur. Il y avait du monde autour de lui, des Nucléaires, des Hunters, et d'autres inconnus.

Matvei fonça vers la victime, il le contourna de manière à se trouver juste en face de lui. Il s'accroupit afin d'être à sa hauteur. Un coup le frappa au cœur : Nathaniel. C'était bien lui, là, juste devant ses yeux, enfin son masque. Derrière le masque, son visage était frappé de terreur. Que faire si on lui demandait de tuer la cible ? Que faire si les autres découvraient qui il était sous le masque ? Que faire si tous se décidaient à attaquer son cher et tendre ?

Main dans la poche, il y tenait son Beretta ainsi que le bout de papier qu'il avait griffonné avant de partir de Barthélémia sans le déposer. Il avait trouvé ce mot idiot une fois écrit et l'avait fourré au fond de sa poche.

« Tu as un problème avec ce type? »

Matvei ignorait qui avait parlé, s'il s'agissait d'un Nucléaire, d'un Hunter ou d'un simple visiteur. Il émit un son proche du « hum » sarcastique. Il tendit les bras vers Nathaniel et fit mine de le palper pour le fouiller, les poches, le torse, les mains, tout y passa. Il déposa discrètement le bout de papier dans la main de Nathaniel tenant mollement l'alliance. Matvei se releva et fit face à son interlocuteur :

« Je me fous de son existence. »


Il tourna le dos à Nathaniel qui avait fatalement dut reconnaître sa voix. Espérons qu'il lise le mot, qu'il comprenne que Matvei n'y était pour rien dans cette affaire. Espérons que personne n'avait vu son petit jeu. Heureusement qu'il portait son masque et qu'il était ainsi incognito, avec ce que l'on trouvait dans la presse, son visage était connu et obligatoirement apparenté au De Castille. Son interlocuteur se trouvait être le Nucléaire qui avait parlé au petit malin rouquin. Petit malin qui serait peut-être d'une utilité cruciale à Matvei qui avait tourné son visage vers lui. Cet énergumène lui disait fortement quelque chose mais en ce moment, impossible de savoir quoi. De toute évidence, il en voulait aussi au De Castille, ce qui n'arrangeait en rien Matvei.

« Qui donnerai l'argent? Qui payerai pour récupérer ce monstre ? »

Si Matvei avait bien accroché au discours du roux, il proposait de demander une rançon pour Nathaniel. En rien intéressé par l'argent, Matvei se figurait de pouvoir gagner du temps. Du temps pour trouver une porte de sortie pour le Roi et lui, de préférence en vie. A travers son masque, Matvei fixait l'homme, le visage crispé derrière. Sa main était toujours dans la poche de son sweat, prête à réagir, au cas ou un imbécile aurait l'idée d'abattre de suite Monsieur De Castille. Il s'efforçait surtout de ne pas penser que si Nathaniel était dans cet état c'était un peu de sa faute.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Lun 13 Oct - 20:00

Feuille de personnage
Sexualité: homo
Métier : Patron d'Altaïr
Citation: Quod principi placuit legis habet vigorem //ce qui plait au prince a force de loi














Alek était partit se promener ce matin-là, il avait les nerfs en pelote. La livraison de quelles roquettes avait pris du retard à cause du blocage d’une de ses usines en écosse par un mouvement pacifiste. Ces gens-là n’avaient aucune idée de la chance qu’ils avaient de ne pas être dans une zone de semi non droit comme l’était symphonie sinon il aurait depuis la première heure été déloger par la force. Il ne cessait de compter le temps qui passait en se remémorant les retards accepté par le contrat. Plus le temps passait et plus les pénalités s’approchaient. Sa secrétaire était la première a en avoir fait les frais étant donné que c’était le bureau juste avant le sien. Néanmoins le ne devais plus vraiment en être gêné, depuis six mois qu’ils travaillaient ensemble. Toujours était-il qu’il avait laissé ses dossiers en plan et qu’il était sorti faire un tour. De toute façon les directeur de chaque pôle connaissaient leur métier et n’étaient que trop content de pouvoir diriger par eux même, ce qu’ils estimaient faire, a raison parfois, mieux que le gamin qu’Alek était à leurs yeux.

Toujours était-il que maintenant il éprouvait le terrible besoin de se détendre un peu avant de se remettre à ses dossiers jusque tard dans la nuit. Il marchait depuis a peine un petit quart d’heure qu’il entendit une détonation. Ce n’était pas qu’il n’en avait pas l’habitude, mais celle-ci était des plus inhabituelle, elle e trouvait quelques part en ville. Il y avait donc peu de chance que ce soit anodin. Sa raison lui disait de fuir un lieu potentiellement dangereux mais sa curiosité, puissant moteur chez lui, l’entraina d’un pas rapide vers c qu’il avait défini comme direction de ce qu’il avait entendu. La petite colonne de fumée l’aida aussi un peu une fois dans le secteur proche de l’explosion. De toute évidence l’explosion n’était pas accidentel, pas de conduite de gaz apparente, ni de camion d’essence ou autre chose du genre. C’était la devanture d’un café qui avait été plastiqué. Alek songea tout d’abord a un a propriétaire qui n’aurai pas payer ce qu’il devait a la mafia ou autre mais l fait que les serveurs restent sagement devant sans tenter de constater l’étendu des dégâts ni se remettre d choc était plutôt étrange. Il défit sa cravate le le premier bouton de son costume. Il faisait toujours chaud dans une foule. Néanmoins après avoir fendu celle-ci.  Il vit que les gens étaient maintenus loin du café. Par un garde. Alek lui tendit négligemment un billet en disant :

« Pour me laisser voir le spectacle. »

Je jeune brun ne savait absolument pas ce qu’il allait trouver, mais il avait déjà vu des corps ayant subi une explosion, alors même si le spectacle n’était que cela il tiendrait le choc, ce ne serai pas un bon moment mais il pourrait sauver la face le temps qu’il resterait.il se glissa donc tranquillement derrière un attroupement bien plus belliqueux que le précèdent. Ce qu’il vit alors le surprit assez, il devait bien l’avouer. Voilà doc la raison de ce remous. Le sieur De Castille. Il lui fallait décidément toujours occuper la scène, d’une manière ou d’une autre. Quelques regard inquisiteurs se portèrent sur celui dont la venue avait pourtant été plutôt discrète mais qui ne semblait de toute évidence pas faire partit des assaillant. Il entendit alors les propos qui s’échangeaient. Ce fut la dernière phrase qui retient son attention.

« Qui donnerai l'argent? Qui payerai pour récupérer ce monstre ? »

On ne pouvait pas dire qu’Alek était ami avec le jeune homme aux cheveux blancs, mais ennemis n’aurais pas mieux convenu. Alek n’aurait sût lui-même ou le placer et lui avait attribué le statut de gris. Néanmoins s’il n’aurait pas pris la balle pour lui il ne voulait pas le laisser se faire exécuter de la sorte. D’une certaine manière il l’appréciait et puis, outre tout ce qu’il pouvait penser de lui monsieur de Castille avait des qualités indéniable, pratique tout d’abord car c’était une personne assez intéresser a l’armement et surtout car il occupait largement les médiats en tant que « roi » ce qui permettait a d’autres de faire tranquillement ce qu’ils voulaient dans son ombre. Et humainement car il aidait Alek à se donner bonne conscience. En se disant qu’il n’était pas le seul monstre. Certes, à côté de cela les activités illicite du hackeur gênant parfois les siennes mais il avait pris garde à ce qu’Altaïr travaille avec un réseau purement filaire et non relier a un réseau externe, ce qui empêchait le piratage de donné quel que soit le talent de celui qui pouvais essayer. Certes, cela nuisait aussi légèrement a la productivité, mais c’était aussi bon pour l’image de marque. Le dernier point positif pour la victime a terre était qu’il avait permis a Alek d’échapper a cauchemar l’espace d’une nuit, même s’il avait fait preuve de mauvais gout à leur dernière entrevue. Il décidât alors que c n’était pas le moment d’essayer de se convaincre lui-même du bien fondé de ses actions et qu’il aurait tout le temps de le faire s’il venait à devoir les regrettées. Toujours était-il qu’Alek répondit d’un ton neutre.

« Je connais une foule de gens qui paieraient très cher pour le récupérer…pas en entier bien sûr, mais un rein…un foie…un cœur… vous n’imaginez pas combien certaines personnes sont prêtes à payer pour vivre. Et puis, il est jeune et en bonne santé, ce qui ne fait que renforcer la valeur des pièces détachée… »

Contrairement a ce que l’on aurais pût croire en l’entendant  parler ainsi que le faisait Alek était destiner à aider « le roi » il avait tout d’abord penser a faire intervenir ses propres chiens de gardes, mais cela aurait été très mal vu par le gouvernement a plus forte raison si c’était pour aider de Castille, et bien pire encore, lui-même risquait de servir d’otage ce qui aurait été réellement déplaisant. Il avait donc opté pour une autre approche. S’il voulait pouvoir prélever les organes du norvégiens ils seraient ben obliger d’attendre un peu, de le stocke quelques part en attendant. Ce qui permettrait de mettre en place une opération de sauvetage correctement planifié et ayant des chances de succès.
Ainsi, si on l’écoutait plusieurs possibilités s’ouvraient soit l’opération était un succès auquel cas la réputation de sa milice n’améliorerai et le blanc lui serai redevable, même s’il n’avait pas la moindre confiance dans la reconnaissance de cet être, soit elle échouait et il ferai accuser les partisans de barthélémia d’avoir mené cette action restant autant que possible hors de cette histoire et le seul qui lui en voudrait serai celui qui serai découper en morceau.

Il restait néanmoins un léger détail, si personne n’y adhérait il faudrait sans doute improviser pour se sortir de cette déplaisante situation. Il ajoutât donc.

« Ce serai une douce ironie vous ne trouvez pas que cet être immonde contribué finalement a sauver des vies à la fin… et sans doute plus glorieux pour vous que d’avoir réussi armés et nombreux à avoir abattu un jeune homme sans défense. »

malgré les problèmes que pouvais lui posé cette déplaisante situation il n'avais pas pût totalement s’empêcher un petit sarcasme. Se faisant il avait lu les restes de la carte, parlant au assaillants sans les regarder, en même temps qu’il passait le bras par-dessus le comptoir pour prendre une bouteille de limonade intacte en déposant l‘argent correspondant. Ce n’était quand même pas le moment de voler quelque chose…

Il ne lui restait plus qu’a avoir l’avis du publique en espérant qu’il lui soit favorable.

[zai demander l'autorisation avant de posté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Mar 28 Oct - 12:26

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














voici le nouvel ordre


Nathaniel (qui a posté x))
Johan (qui a posté)
Matvei (qui a posté)
Alek (Qui a posté)
C'est donc au tour de Nat -moi quoi- je vous fait ça dans la soirée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe Ven 7 Nov - 20:54

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Matvei. Matvei. Matvei ! C’était … C’était lui. C’est comme ci on l’avait déjà tué. Il était en très mauvais état physiquement mais on venait de l’achever psychologiquement. Son fiancé, l’homme de sa vie allait le tuer. Il se sentait terriblement trahi. De plus, il avait fallu une taupe pour que les gens sachent qu’il serait à ce café précis dans la matinée… Matvei l’avait donc dénoncé ? Il baissa la tête, les larmes roulaient sur son visage sans qu’il cherche à les retenir.

A partir de ce moment s’enchaina une série de flous dans sa tête, les gens parlaient, Nathaniel s’en foutait. Il tenta de se relever mais un des hommes le surveillant détacha son fusil d’assaut de son épaule et lui asséna un coup de crosse dans la tempe. Il lâcha un petit cri qui fit revenir tout le monde à un silence pesant pour le patron de Barthélémia. Maintenant, tout le monde savait qu’il ne fallait pas le quitter des yeux.

Partout, l’assistance riait, le petit peuple avait l’habitude de le voir toujours bien habillé, avec des gestes soignés jusqu’au petit doigt, il était maintenant à terre, le visage couvert de gravier de poussière et de sang, le costume tâché et les mains tremblantes.

Il leva les yeux vers celui qui avait été son seul amour, il avait reçu un morceau de papier de sa part, il n’osa pas le lire, il était comme dans un état second. Et de toute façon, les larmes et le sang coulaient et l’empêchait de voir et penser correctement.

Il fallait bien qu’il fasse quelque chose, il n’allait donc pas rester là à se morfondre. Son cerveau lui hurlait de bouger afin de mettre fin à ses souffrances mais son corps ne lui obéissait plus. Il n’arrivait plus à bouger. Il poussa un nouveau petit gémissement qui fit rire ses gardiens. L’un d’eux s’accroupit près de lui et lui souffla, prenant son menton entre deux de ses doigts, comme un geôlier avec son prisonnier

« Mon oiseau en sucre, n’essaye même pas de bouger. Sinon je te tue. »

Nathaniel vit sa vie défiler devant ses yeux, tout ce qu’il avait vécu et tout ce qu’il aurait pu vivre.
Son mariage avec Matvei, une vie future, la florissante Barthélémia qui verrait grandir plusieurs sièges dans tous les continents… Nathaniel serait adulé de partout où il irait. Il serait respecté et on lui demanderait conseil et surtout, il serait riche, il aurait le monde à ses pieds.
Et maintenant tout s’effondrait. Son seul et vrai amour parmi toutes les aventures hétéro ou homosexuelles qu’il avait pu avoir l’avait trahi et il allait sûrement finir ses jours dans les prochaines cinq à dix minutes.

Aveuglé par la tristesse et la rage il sauta sur un des gardiens, saisit le revolver suspendu à sa ceinture, fit un bond sur le côté pour se mettre légèrement à l’écart et s’appuyer sur un mur pour tenir debout avant de charger et de braquer l’arme sur sa tempe

« Que personne ne bouge ! »

Avait-il crié avec l’énergie du désespoir. Il calma sa respiration et vit que la foule l’écoutait. Un léger sourire se peignit sur son visage, il pourrait peut être s’en sortir. Avec moins de conviction, il se racla la gorge et gémit

« Que personne ne bouge ou je tire ! »

Il était sincère. Son regard était vide, il obéissait à ses instincts et plus à son cerveau. Maintenant le principal c’était de se sauver de cette galère, même s’il devait y laisser sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Event : La fin d'un règne alias Attentat sur l'herbe














Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» L'épi des mies du piou vert [Event Medjaii And Tachy Show]
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SYMPHONY CITY :: CENTRE-VILLE-