Nucléaire Symphony



 



Je suis Charlie.
Oui a la liberté d'expression.

Partagez|
un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 14 Avr - 6:24

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














« Laissez-moi deviner. Vous êtes ici pour me dire que notre cible est à la morgue et que je n’ai donc aucune raison de m’inquiéter. N’est ce pas ? »

Devant lui, il y avait deux grands types baraqués qui se tordaient les mains comme deux gamins incapables d’avouer une faute. Il grogna légèrement alors que l’un des gorilles ouvrit la bouche

« Il y a eu des complications ... »


Un léger sourire étira ses lèvres, projetant l'ombre de ces dernières -que fournissait l'unique lampe pendant au dessus de sa tête, se balançant mollement au bout de son fil électrique- sur son menton.

Il ouvrit la bouche et il se passa un temps pendant lequel on entendit seulement les respirations des deux hommes, légèrement saccadées et tremblantes. Puis un léger sifflement moqueur sortit de la bouche de l'homme avant qu'il ne murmure à son tour

« Bien sûr … Il y a toujours des complications. »

Il se leva tout doucement, contournant son bureau et s’approcha. Il était petit et le géant le surplombait de plusieurs dizaines de centimètres, mais il n’avait pas peur. Il le faucha au niveau des chevilles et le fit tomber en arrière. Il s’écrasa sur un petit fauteuil ce qui lui permit de ne pas toucher le sol. Nathaniel leva un pied et plaqua son talon sur son torse

« Voilà quatre mois que j’attend … Vous deviez m’apporter son poids en cendre au milligrammes près. Tsss … »


Il lâcha l’homme et retourna derrière son bureau, debout, regardant par les fenêtres formant l’immense baie vitrée de son bureau pendant que les deux agents tentaient de deviner leur sort.
Tout avait changé. Nathaniel n’était plus le petit Roi errant dans sa chambre. Son travail avait été reconnu. Il était devenu empereur.

Il dirigeait à seulement vingt trois ans, une énorme société d’agissement illégaux dans un immense gratte ciel qui lui appartenait.
Seul les membres de sa compagnie pouvait se vanter d’avoir peut être aperçu son visage une fois ou deux, ou du moins l’éclat rieur de ses yeux.
Il sourit doucement et se tourna vers les deux fautifs

« Vous savez quoi ? J’en ai marre d’incapables comme vous. Je vous descendrais bien à mains nues mais j’ai un rendez vous important et je ne veux pas tâcher ce costume. Alors je vais vous donner une dernière chance, ramenez moi cet homme avant demain. Sinon je ne donne pas cher de votre peau quand elle sera en lambeaux entre mes mains. »


Les deux hommes n’attendirent pas et fusèrent vers la sortie. Une femme en tailleur en profita pour entrer. Elle déposa une pile de dossier sur son bureau et soupira

« Monsieur, votre rendez vous de 20h est arrivé. Dois je lui demander d’attendre ? »


Il sourit et croisa les bras

« Non. Faites le entrer. »

Elle soupira

« Monsieur, vous allez encore finir blessé … »


Il sourit plus malicieusement et glissa

« Ca fait partie du plan… Ca fait partie du plan … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 14 Avr - 16:22

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Matvei se trouvait au pied d’une tour immense qu’il observait. Il venait de sonner à l’interphone et on lui avait dit de patienter. Il sortit son téléphone portable afin d’être sur de ne pas avoir rêvé ce message lui disant de venir à cet endroit. Le message était toujours là, il s’appuya nonchalamment contre le portail.

En plein après midi, il avait reçu un texto d’un numéro inconnu. Matvei avait failli le supprimer directement sans même le lire. Il n’aimait pas recevoir des informations de personnes inconnues. Beaucoup de messages finissent comme cela, après tout Matvei compte un nombre restreint de contact. Mais celui la l’avait intrigué, la tournure des premières phrases l’avait interloqué. Il l’avait donc lu et avait apprit qu’il avait rendez vous. Mais pas rendez vous avec n’importe qui, un rendez vous avec Le Roi. Matvei avait du mal à comprendre pourquoi Le Roi le « convoquait » ainsi à 20h précises. Le jeune homme avait observé son petit chez lui, il était sur de n’avoir rien à voir avec cet homme.

Au tout début, il avait décidé de ne pas y aller. Il était donc sortit sans trop se soucier de sa soirée, il avait marché ou plutôt erré ou bon lui semblait. Matvei avait retrouvé certaines personnes de son « clan ». A 19h00 tout le monde prévoyait de se rejoindre dans 1h afin de passer la soirée ensemble, comme d’habitude. Lorsque vint le tour de Matvei, un doute le saisi. Et si ce n’était pas un rendez vous mais une convocation ? Il se leva, offrit un sourire mystérieux aux regards interrogateurs de ses collègues. Sa voix lança d’un air moqueur :

« J’ai rendez vous »

Cela n’étonna personne et de toute façon chacun savait qu’il était mal venu de se mêler des affaires du jeune homme. Matvei couru jusqu’à son appartement, il n’avait pas de tenue convenable pour un endroit pareil. Il mit donc un nouveau débardeur noir, un jean gris comme à son habitude, il avait choisi le moins troué de tous. En dessous, il avait ceinturé ses renforts au niveau du torse et des cuisses. Après tout, il ne savait pas à quoi s’attendre… Il avait ensuite marché jusqu’au lieu de rendez vous. Maintenant qu’il était là, il trouvait tout cela bien étrange, que venait-il faire ici ? Il avait entendu parler du Roi mais jamais il ne l’avait vu, et dire que cette tour lui appartenait…

« Entrez, dirigez vous vers le portique »

La voix féminine avait fait frissonner Matvei et il priait de tout son être pour qu’elle ne soit pas présente lors de son arrivée. Le portail émit un « clic » mécanique, signe que celui-ci allait s’ouvrir. Le jeune homme pénétra dans la tour avec un air sceptique, il dénotait clairement dans le paysage. Devant lui se tenaient deux armoires à glace. Forcément, ne s’approchait pas du Roi qui voulait... Il soupira, réarrangea sa mèche bleue et arbora un certain flegme. L’homme lui fit signe d’écarter les bras. Une fouille ? Décidément c’était une façon bien étrange de recevoir ses invités. Le colosse palpa Matvei, devant son regard intrigué à la palpation des renforts la voix de Matvei grommela :

« J’ai des problèmes de dos. »

L’armoire à glace acquiesça et il le conduisit devant un ascenseur. Les portes s’ouvrirent avec un « ding » retentissant. Est-ce que tous les objets de cette tour allaient faire du bruit ? Il soupira en voyant 3 autres gardes du corps dans l’ascenseur. Ces hommes encerclèrent Matvei de façon à ce qu’il ne puisse plus faire un mouvement. Bon, soit, cet inconnu était visiblement très prudent. En jetant un œil aux boutons, Matvei sourit, ils allaient de 1 à 30. Finalement elle n’était pas si haute cette tour… Au 30ème étage les hommes le mirent dehors avec le dédain le plus exacerbé qu’il puisse être. Ils lui désignèrent un couloir. Matvei se remit donc en marche, au bout du couloir, un autre ascenseur, il appuya sur le bouton. Deux hommes plus baraqués que les précédents en sortirent et l’empêchèrent d’y monter.

« J’ai rendez vous. »

Les hommes observèrent Matvei de haut en bas avec un air suspicieux, ils ne le croyaient pas. Ils lui firent signe de ne pas bouger en posant une main sur l’épaule du jeune homme. Ils passèrent un coup de téléphone.

« Vous avez rendez-vous et vous allez être en retard »

Matvei leva les yeux au ciel, si l’information passait correctement dans tout ce bazar, il serait déjà en haut. Les vigils le poussèrent dans l’ascenseur, les boutons allaient du 30 au 55ème étage. Décidément tout était démesuré ici… L’ascenseur gravissait les étages à une vitesse folle et Matvei était un peu piqué par sa remise en cause constante. Au 55ème étage, de nouveaux vigils l’accueillirent.

« C’est vous le rendez vous de 20h ? »

Matvei acquiesça, il sentait que ça n’allait pas se passer aussi facilement. Le garde du corps l’observa longuement et lui fit signe de rester immobile à nouveau, il alla passer un coup de téléphone. Matvei dénotait donc tant que cela dans cette tour ? Le vigil revint :

« Vous avez rendez vous à 20h, vous êtes en retard »

Le sifflement qui s’échappa des dents serrées de Matvei en disait long sur son exaspération. Le garde du corps lui prit le bras et l’emmena vers deux de ses collègues. Aux regards des hommes Malvei leva les  bras en l’air, il le savait, ils allaient de nouveau le fouiller. Le temps qu’il venait de perdre avec toute cette mascarade était impressionnant. Heureusement qu’il était en règle, il ne portait pas d’arme sur lui, à vrai dire il n’en portait jamais, il considérait que la seule arme ne pouvant pas le trahir était ses poings. Une nouvelle fouille, un nouvel ascenseur, un nouveau coup de fil arrivé au 82ème étage : cela semblait ne plus en finir et Matvei commençait à en avoir marre.

Il se trouva enfin devant la porte du bureau du Roi. Remettant sa mèche en place afin de faire bonne figure, il ouvrit la porte. L’expression de colère sur son visage failli quitter sa place en découvrant le jeune homme que l’on appelait Le Roi. Mais Matvei la conserva de tous ses efforts, ce jeune homme avait beau être extrêmement charmant cela n’effaçait pas le fait qu’il lui avait fait sentir que sa place n’était point celle-ci. Une femme en tailleur passa dans le couloir et Matvei claqua la porte, il ne voulait pas la voir. Il était assez irrité comme cela sans avoir besoin d’en rajouter.

Il porta ses yeux bleus sur Le Roi, les cheveux blancs lui donnaient un style tout à fait extraordinaire. Matvei se promis de ne plus en admirer d’autres que ceux-ci, il pensait avoir trouvé là la perle rare de ce monde ; dans ces cheveux. Mais il se trompait, un sourire ne pût s’empêcher de fendre les lèvres du jeune homme lorsque Le Roi leva les yeux. Voila où était la perle rare du monde, dans ces yeux là.

« Matvei Artyum Vodoleïev, plus communément connu ici sous le pseudonyme "rendez vous de 20h" je crois »

Sa voix était ornée d’un cynisme bien rodé, il ne bougeait pas, restant à l’endroit où il avait fait son entrée. On n’aurait pût croire à une statue, ses muscles des bras tendus, son dos droit, son visage crispé en dehors du sourire en coin qu’il arborait malgré lui. Cet homme lui plaisait, plus que cela, cet homme représentait ce que Matvei voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mar 15 Avr - 18:01

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel leva vers lui des yeux assez fatigués, il ne prenait pas ce rendez vous à la légère mais il était crevé. Il avait eu une dure journée et la demie douzaine de coups de fil que son équipe de sécurité lui tapaient sur les nerfs. Il avait envie de sortir le Beretta caché dans le tiroir de son bureau et de tirer neuf balles sur son téléphone portable. Déjà qu’il avait accepté à contre coeur de confier son numéro professionnel à cette bande d’incapable …

Mais il offrit quand même un sourire radieux au jeune homme devant lui. Il s’était immaginé voir arriver un homme d’affaire à la coupe de cheveux dessinées par des expert architecte où chaque cheveux avait une place assignée et une longueur définie. L’individu, dans son imagination, portait aussi un costume trois pièces sur mesure. Mais non. Matvei était quelqu’un de bien plus beau que ça. Nathaniel ne put s’empêcher de sentir un picotement le long de sa colonne vertébrale. Il détourna le regard pour ne pas le lui montrer. Il devait se concentrer sur sa tâche. Qui était pour l’instant de parler.

Il s’assit calmement sur son immense fauteuil de bureau, les avants bras posés sur le bureau, les jambes croisées. Il battait nerveusement du pied, mais ce n’était pas visible. Il prit une voix neutre quoi que quelques peu joueuse et déclara

« Les affaires ne sont pas au mieux Matvei. Tu en conviendra. Toi et le reste des Nucléaires avaient commencé à sévir ici avant ma naissance et les Hunters ont arrêtés se protéger la ville il y a longtemps. Vous vous êtes engagés dans ce qui peut s’apparenter à une querelle enfantine de bac à sable. Je n’approuve pas ce comportement, mais que voulez vous, vos chefs refusent de m’écouter, et je désapprouve d’utiliser la manière forte si cela pourrait gâcher de si beaux alliés. N’est ce pas ? »

Il prit une inspiration, le temps d’un sourire, d’une seconde, un courant électrique passa entre eux, Nathaniel avait l’impression de valsait entre colère et désir. Il continua

« Donc je disais, pendant que vous vous crêpez bien gentiment le chignon, la ville est en constante insécurité. Ca, le petit Roi qui hackait dans sa chambre l’a bien compris. Barthélémia s’est élevée au milieu de la foule comme la solution la plus évidente pour tout le monde. Ma société et la seule en qui on peut faire confiance. »


Il ne parlait pas comme un politicien qui –se croyant lui même- faisait pire que mentir. Nathaniel était conscient qu’il mentait aux gens et qu’il se foutait royalement de la sécurité du petit peuple. Il se leva et tourna le dos au jeune homme, regardant par la baies vitrées, fractionnées en une cinquantaine de petites fenêtres.

« Vois tu, tu ne contrôles pas les choses comme tu pensais le faire. Personne. Seul moi à conscience de ce qu’il est entrain de se passer. Tu vois, en prenant de la hauteur, la solution devient limpide. »

Il réajusta sa cravate noire et ses cheveux ébouriffés, il n’aimait pas peigner ses beaux cheveux blancs, ça « lui donnait un style » selon sa secrétaire, avant de s’asseoir non pas sur la chaise, mais sur le bureau, recroisa les jambes

Il marqua un temps de silence avant de terminer

« Néanmoins, il n’y a aucune raison d’être effrayé. Quelqu’un de bien plus grand que toi tire les ficelles du monde. Tu t’en rappelles, ton chef, il y a longtemps, qui hurlait à qui voulait l’entendre qu’il était si puissant qu’il aurait pu acheter le monde ? »


Nathaniel émit un petit rire sifflant et se pencha sur Matvei, l’attrapant par le débardeur, le tira vers lui

« Tu iras lui répondre que je ne souhaites pas le vendre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Jeu 17 Avr - 17:26

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Matvei observait Le Roi qui s’asseyait sur son bureau. Pourquoi s’assoir dessus alors qu’un confortable fauteuil l’attendait ? Sa voix dit :

« Les affaires ne sont pas au mieux Matvei. Tu en conviendra. Toi et le reste des Nucléaires avaient commencé à sévir ici avant ma naissance et les Hunters ont arrêtés se protéger la ville il y a longtemps. Vous vous êtes engagés dans ce qui peut s’apparenter à une querelle enfantine de bac à sable. Je n’approuve pas ce comportement, mais que voulez vous, vos chefs refusent de m’écouter, et je désapprouve d’utiliser la manière forte si cela pourrait gâcher de si beaux alliés. N’est ce pas ? »

Il parlait beaucoup trop, vraiment beaucoup. Matvei se concentrait à fond pour rester attentif et ne pas décrocher de ce long monologue. Que faisait-il là en réalité ? Le Roi sourit et l’observa, Matvei se sentait indéniablement attiré par ce monarque mais restait tant bien que mal à sa place. Ses pieds avaient envie de bouger, sa position devint soudainement inconfortable mais il restait debout, droit. Il savait que s’il bougeait, il n’allait pas juste changer de position, non il savait qu’il ne réussirait pas à lutter contre la tension qui circulait dans son corps. La voix reprit :

« Donc je disais, pendant que vous vous crêpez bien gentiment le chignon, la ville est en constante insécurité. Ca, le petit Roi qui hackait dans sa chambre l’a bien compris. Barthélémia s’est élevée au milieu de la foule comme la solution la plus évidente pour tout le monde. Ma société et la seule en qui on peut faire confiance. »

Matvei était bouche bée, un petit sourire narquois vint se poser sur son visage. Il n’avait que faire de qui gagnait, qui perdait, qui était en danger. Certes Barthélémia est une institution sur laquelle le peuple au milieu de la querelle animant les Hunters et les Nucléraires pouvait compter. Au final, même les Hunters n’étaient plus au service du peuple.

Le Roi tourna le dos, donnant à Matvei tout le loisir de l’observer. Il n’était décidément pas très grand mais le charisme qu’il dégageait compensait largement cela. Il reprit son discours à nouveau :

« Vois tu, tu ne contrôles pas les choses comme tu pensais le faire. Personne. Seul moi à conscience de ce qu’il est entrain de se passer. Tu vois, en prenant de la hauteur, la solution devient limpide. »

Là il avait perdu Matvei, le brun se fichait bien de posséder un quelconque pouvoir. Il ne l’avait déjà pas sur lui-même alors à quoi bon le prendre sur d’autres ? Il s’assit sur le bureau et acheva devant un Matvei, qui sourire sur les lèvres, n’écoutait déjà plus.

« Néanmoins, il n’y a aucune raison d’être effrayé. Quelqu’un de bien plus grand que toi tire les ficelles du monde. Tu t’en rappelles, ton chef, il y a longtemps, qui hurlait à qui voulait l’entendre qu’il était si puissant qu’il aurait pu acheter le monde ? »

Matvei passa la main dans ses cheveux, il était blasé. Finalement, il avait gravit tous ces étages, endurer toutes ces humiliations pour parler de l’état du monde et de son appartenance ? Il soupira. Tout cela ne le concernait pas tellement. Le Roi attrapa Matvei par le débardeur et le tira vers lui. Hmmpf. Le souffle court, le regard vicié, Matvei avait un mal fou à se concentrer sur ce que le monarque venait de lui dire ; Qu’avait-il dit déjà ?

« Tu iras lui répondre que je ne souhaites pas le vendre. »

Le brun sourit plus largement non pas parce que son interlocuteur venait de dire qu’il possédait le monde mais parce que la situation le faisait rire ; Lui un nucléaire sans ambition bien loin de ce monde se retrouvait aussi près du Roi. Sa voix un peu rouillée par ce temps de silence s’exprima :

« Je crois que tu t’es trompé de personne. Je ne comprends rien à vos conn*ries »

Il se dégagea de la prise du Roi sans se soucier de l’état dans lequel son débardeur finirait. Matvei réarrangea ses cheveux, non pas qu’il s’inquiétait de son apparence mais il s’agissait plutôt d’un tic nerveux. Il se sentait perdu dans cette sphère.

« Je me fous de qui possède le monde, j’y ferais la même chose.»

Le je-m-en-foutisme de Matvei reprenait le dessus, il en avait assez. Il n’avait pas envie de bavarder sur la façon de diriger une ville qui n’avait envie d’aucun chef. Matvei s’approcha de nouveau du Roi :

« Je suis un pion que l’on utilise, peut importe le chef. Je m’adapterai à chaque monde que les chefs créeront pourvu qu’il sache m’utiliser »

Certes la dernière phrase portait à confusion mais Matvei n’y avait pas réfléchit. Déjà il faisait un gros effort pour faire des phrases à peu près correctes. La discussion n’est pas nécessairement sont truc, il préfère l’action. Il avait bien compris que Le Roi avait un certain pouvoir et que ce n’était pas un tendre. Matvei s'approcha encore plus pour lacher d'une voix désinvolte

" Je vais t'aider à comprendre. Tu parles à un mur qui ne captera rien à tes mensonges bien tournés. La 'politique' m'ennuie. Je ne me donnerai pas la peine de te comprendre : non pas que ce soit trop compliqué mais que je m'en tamponne. En clair : tu perds ton temps, tu le gaspille, il t'échappe. C'est dingue comme ça file et comme on ne le récupère jamais. Je pensais qu'un Roi avant mieux à faire."

il en avait par dessus la tête, il avait oublié de prendre son médicament pour le calmer et commençait à en ressentir de manque, il passe de nouveau la main dans ses cheveux, plus nerveusement que les précédentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Ven 18 Avr - 18:18

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Ses nerfs commençaient à lâcher, il sentit l’effet de la réunion d’hier soir de minuit à une heure du matin, une réunion à laquelle il avait assisté alors qu’il aurait pu confier sa présence à quelqu’un comme sa secrétaire.

Il papillonna des cils, abasourdi, paaardon ? Oui, il perdait son temps, il était au courant. Il le regarda, son regard brilla mais pas de joie, de rage.

Il décrocha son téléphone, le fixe noir de son bureau. Sans appuyer sur rien, il le regarda, cachant légèrement son geste, comme s’il allait murmurer

« VENEZ FAIRE CE POUR QUOI VOUS ÊTES PAYES BANDE DE LARVES !!! »

Ses gorilles ne mirent pas longtemps à débarquer, saisissant Matvei par les épaules. Nathaniel regardait dans le ville, semblant très loin de tout ça. Il n’avait aucune envie de se salir les mains, il savait qu’il avait les moyens de se blanchir lui même mais frapper ne l’intéressait pas. Il claqua des doigts et siffla

« A genoux. »

Matvei ne s’exécuta pas immédiatement, les hommes avaient peur pour leur grade, il savait que la patience de leur boss était quasi inexistante, surtout à vingt heures un jeudi soir, sa journée la plus longue. Le jeune Nucléaire reçu un coup à l’arrière des genoux, crispant ses muscles et l’obligeant à se mettre à genoux.

On l’immobilisa et un homme le prit par les cheveux pour lui garder la tête levée.

Nathaniel s’approcha doucement, la respiration courte, il ôta la veste noire de son costume et sa cravate noire également, dénouant les premiers boutons de sa chemise pour mieux respirer. Sa peau était blafarde, il n’aimait pas être énervé.

Il fit un geste de la main, comme s’il chassait une mouche, avant de commencer

« Matvei, tu commences sérieusement à m’agacer. Et Dieu sait que je n’aime pas qu’on m’agace le jeudi à vingt heures. Et je vais te le faire comprendre autrement. »


Il claqua les doigts, on commença à le frapper, les gorilles étaient armés de poings américain. Il y en eut même un qui perdit son micro tellement il frappa fort. Alors, énervé de ce faux mouvement si ridicule, il sortit une batte de base-ball qu’il arma au dessus de sa tête

« Suffit ! »
ordonna Nathaniel, royal, comme d’habitude, « inutile de blesser plus un si joli visage. »

Il s’étira lentement et s’approcha, s’accroupit lentement près du jeune homme

« Je crois qu’il a compris. Nous allons lui demander. »

Nathaniel était un habile homme d’affaire. Du haut de ses vingt trois ans, il comprenait comment marchait les sous payés. En employant le terme « nous » il donnait l’impression d’une complicité avec ses hommes, mais c’était totalement faux . Il contrôlait tout.

D’un mouvement de tête, il congédia ses hommes. Ceux ci hésitèrent, ils ne voulaient pas mettre leur patron en danger, mais d’un regard entendu, Nathaniel leur fit clairement comprendre qu’il n’avait pas intérêt à traîner longtemps dans le coin.

Il soupira et continua

« Tu es vicieux, désobligeant et affligeant jeune homme. Je pourrais te couper la tête pour en décorer ma voiture. Néanmoins … »

Il prit son menton entre ses doigts et déposa un baiser, sur le coin de ses lèvres

« Ce serait dommage d’en arriver là ? N’est ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 21 Avr - 20:56

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Quelque alluma son regard, ce qui interloqua Matvei. Avait-il touché une corde sensible ? Matvei le regarda décrocher tranquillement son téléphone, il semblait calme. Cette apparence trompeuse surpris Matvei lorsque la voix du Roi dit :

« VENEZ FAIRE CE POUR QUOI VOUS ÊTES PAYES BANDE DE LARVES !!! »

Oups.. Visiblement il était en colère, les mâchoires de Matvei se serrèrent. Il allait passer un sale quart d'heure. De toute façon, il l'avait sut dès qu'il était entré dans la tour. Les armoires à glace débarquèrent. Le Roi claqua des doigts

« A genoux. »

Parlait-il réellement à Matvei ? Le jeune homme ne bougea pas, il n'avait pas l'intention de s'agenouiller devant ce type, peu importe s'il s'agissait d'un Roi, d'un Empereur ou autre. Devant sa non coopération, quelqu'un lui mit un coup derrière les genoux, Matvei se laissa alors tomber à genou. Un des garde lui saisi les cheveux pour lui relever la tête. Le jeune homme observait sans bouger, à quoi bon résister ? Ils étaient plus nombreux que lui et il savait qu'il ne pouvait pas s'enfuir. Déjà en étant « invité » il avait mit une éternité pour monter mais alors que tant que fugueur il signait son arrêt de mort à coup sûr.

Le Roi se mis plus à l'aise, enlevant sa veste, sa cravate et quelques boutons, il semblait réellement énervé, il s'approchait de lui doucement.

« Matvei, tu commences sérieusement à m’agacer. Et Dieu sait que je n’aime pas qu’on m’agace le jeudi à vingt heures. Et je vais te le faire comprendre autrement. »

Matvei inspira une grande bouffée d'air, il savait qu'il allait être frappé et sérieusement. Finalement il avait bien fait de mettre ses renforts, ils allaient être d'une utilité cruciale à sa sortie.

Le jeune avait décidé avant que cela ne commence qu'il ne répondrait pas. Il savait que son adversaire était plus grand que lui avec un pouvoir bien plus étendu. Il s'agissait de ne pas se le mettre complètement à dos ou du moins que toute la ville ne le sache pas. Ainsi, Matvei éviterait bien des problèmes. Les hommes de main du Roi avaient des poings américains ce qui tira une grimace à Matvei, les coups allaient donc avoir la saveur du sang.

Les coups commencèrent à pleuvoir, certains le frappèrent au visage déclenchant un goût de sang dégoutant dans sa bouche, d'autres s'attaquaient au torse ou au dos. Heureusement cette partie là était à l'abri des douleurs trop forte. Le réel problème était le visage qu'on lui maintenait toujours levé par les cheveux. Mavtei vit un homme sortir une batte de base-ball et l'arma au dessus de sa tête, décidément ces hommes étaient en manque d'action...

Mais Le Roi décida d'arrêter ce lynchage d'un mot. Tout cela semblait si facile pour lui. Matvei reprenait lentement son souffle et ses esprits. Le Roi s'accroupit près de lui

« Je crois qu’il a compris. Nous allons lui demander. »

Matvei ne prit pas la peine de réponse, cet épisode l'avait affaiblit et il décidait de conserver ses forces pour un autre assaut. Le Roi fit signe aux gardes de partir, une fois les hommes sortit, il reprit :

« Tu es vicieux, désobligeant et affligeant jeune homme. Je pourrais te couper la tête pour en décorer ma voiture. Néanmoins … »

Le jeune estropié le regardait en silence. Il avait maintenant compris qu'il ne fallait pas le contrarier si l'on ne souhaitait pas être frappé. Être passé à tabac ne gênait pas plus que ça Matvei, bien que cela soit physiquement éprouvant, mais la perspective de remplacer les habituels sigles de marques ou les sent-bon pendants au rétroviseur lui déplaisait fortement.

Le Roi prit le menton de Matvei entre ses doigts délicats et l'embrassa à la commissure de ses lèvres. Matvei cligna des yeux, venait-il réellement de l'embrasser ? Ce jeune homme se croyait décidément tout permis ! D'abord il le convoquait, le faisait frapper puis l'embrassait ? Pensait-il réellement pouvoir disposer de lui comme d'une catin ? Un sourire vicié s'installa sur les lèvres de Matvei, tirant un peu plus les plaies ouvertes dues aux poings américains.

« Ce serait dommage d’en arriver là ? N’est ce pas ? »

Matvei déglutit sa salive faisant passer un désagréable goût de sang dans sa gorge, mais il le fallait, il fallait parler dès maintenant :

« Si Monsieur le fait lui même, je suis son obligé. »

Le jeune homme était fier de sa phrase digne de la plus haute société, il avait entendu ces termes dans un film plus barbant que jamais. Il reprit dans un langage bien moins soutenu :

« Si t'avais frappé toi même, j'aurais ptet aimer ça. »

Un nouveau rictus à la fois provocant et charmeur se posa sur ses lèvres. Il mourrait d'envie que Le Roi l'embrasse à nouveau. Matvei n'était pas maso mais après tout qu'est ce la douleur ? Le jeune homme savait encaisser les coups tout comme les rendre, il n'aimait pas la sensation d'être frapper mais la sensation qui venait après. Une sensation d'adrénaline, d'humiliation, de domination. Voilà ce qu'il « aimait » -en réalité cela ne lui était pas désagréable mais n'adorait pas cela non plus-.

Ici se manifestait juste l'envie de provoquer encore un petit peu plus Le Roi, son esprit provocateur se dévoila ici même. Il voulait voir si cet inconnu allait se risquer à quoi que ce soit avec lui, qu'il s'agisse de le frapper ou de l'embrasser encore. Il adorait les petites mimiques -que seuls les gens de pouvoir ont- qu'il adoptait, le contact de ses lèvres avait été bien amer -trop peu ? Ou bien pas en accord avec les coups précédemment donnés ?-.

Matvei était toujours à genoux, sa tête avait gardé l'inclinaison précédemment donnée par le garde du corps, il saignait du visage. Il faut dire que les gorilles n'avaient pas fait semblant et Mavtei n'aurait pas parié cher sur sa peau s'ils s'étaient servis de la batte de baseball.

Il s'essuya la bouche du revers de la main, car vraie ou pas, une impression de sang coulant lui était venue.

« Les coups sont la seule chose que je comprennes. »

Cette réflexion était plus pour lui même que pour Le Roi. Ce dernier avait bien fait de ne pas s'éterniser en long discours et de passer à l'action. Une pluie de coups correspondait toujours à une chose d'apprise. Il restait à savoir si Le Roi avait d'autres leçons à lui apprendre. Maintenant qu'il avait compris que Matvei n'était pas la bonne personne pour discuter de « politique », qu'allait-il faire de lui ? Le jeune homme ne s'était pas posé autant de question, il était là à genou parce qu'il ne se sentait pas de tenir debout et aussi parce que Le Roi lui avait demandé de s'y mettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mar 22 Avr - 9:07

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Matvei restait à genoux, Nathaniel soupira et se recula légèrement, repartant regarder par les baies vitrées.
Après plusieurs regards vers le blessé qui restait tête rejetée en arrière, il grogna quelque chose d’incompréhensible.


« Si t'avais frappé toi même, j'aurais ptet aimer ça. »

Un sourire étira ses lèvres, il s’approcha et tendit une main pour le relever

« Ah oui ? Intéressant. »

Il n’avait pas prêté la moindre attention à ses autres paroles, il en était maintenant sûr, il pourrait agir à sa guise avec ce Nucléaire.

Un autre sourire étira ses lèvres, plus narquois cette fois

« Tu n’es pas beau à voir … Je refuse de coucher avec quelqu’un plein de sang. Car oui c’est au programme. »

Sans même le regarder, il le tira vers une petite porte à l’arrière de son bureau et l’ouvrit.

C’était la porte de son appartement, un immense appartement construit à même le gratte ciel. Il habitait ici. C’était grandiose, magnifique, la cuisine était aussi grande qu’un appartement standard en ville, la chambre que l’on pouvait apercevoir par une porte entrouverte sentait bon le lys et le parfum utilisé à dose modérée et raisonnable. Son lit était assez grand pour en accueillir six comme lui. Tout dans son appartement, valsait avec les teintes vert amande et blanc. On aurait pu considérer ça comme l’appartement d’une star de cinéma mais quelques détails montraient que cet appartement appartenait à Nathaniel. Sur la table du salon, une petite table en verre, il y avait un Beretta, des balles trop grande qui pourraient être utilisées pour un fusil de précision, de petits sachets remplis de poudre blanche et une dizaine de boites de médicaments d’antidépresseurs posées devant une bouteille d’alcool fort.

Nathaniel soupira, c’était son chez lui et il n’avait pas honte. Il poussa Matvei dans sa salle de bain qui comportait trois lavabo, une douche et une baignoire immense. Il chercha dans un tiroir et en tirant un paquet de compresses et un autres de lingettes. Il sourit et lui ébouriffa les cheveux, déposant un baiser dans son cou

« Rejoint moi quand tu es prêt »

Et il le laissa seul dans l’immensité de cette salle de bain.

Le sol était recouvert de carrelage blanc nacré, Nathaniel étant quelqu’un de maniaque, ses femmes de ménages le lavaient deux à trois fois par jour. Les murs brillaient légèrement, ils étaient couverts d’enduit pour lutter contre la moisissure due à l’humidité. Devant les trois lavabos se dressaient un immense miroir au pied duquel était aligné une collection entière de produit de beauté masculin. Il y avait du parfum, du déodorant des tubes de dentifrices, de la mousse à raser, deux rasoirs, un verre et deux ou trois bouteilles de savon d’une marque de luxe. Contre le mur à la gauche de Matvei, il y avait une armoire à porte coulissante à moitié ouverte. C’était un bout de sa garde robe. Dedans il y avait quatre ou cinq peignoirs, noirs, des sous vêtements pliés au millimètres près, mais aussi deux costumes noirs, lisses, sans aucun plis, parallèle au mur de l’armoire. Leur cravate respective était nouée soigneusement au cintre.

Tout semblait être figé. Même une tornade n’aurait rien fait bouger dans cette appartement.

Pendant ce temps, à la cuisine, Nathaniel attrapa une télécommande et appuya sur le bouton On. Aussitôt, l’appartement se mit à marcher tout seul. La tringle à rideau électrique rabattit les rideaux de ses fenêtres. Il se saisit d’une boite d’allumette et alluma cinq bougies disposées un peu partout dans la cuisine et le salon. Sur les meubles,  des orchidées et des lys immaculées diffusaient leur doux parfum dans l’air.

Il fallait l’avouer, l’appartement de Nathaniel avait son petite côté féminin, mais il s’en fichait comme de sa première chaussette. Pour l’instant il devait se concentrer sa mission. Qui était de conquérir le monde. Enfin non, l’autre. Mettre Matvei dans son lit avide du plaisir que lui seul pourrait lui donner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mer 23 Avr - 20:49

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Nathaniel l'aida à se relever, Matvei l'observait ; tout cela était bien étrange. Le Roi sourit d'une manière différente et Matvei ne tarda pas à comprendre pourquoi :

« Tu n’es pas beau à voir … Je refuse de coucher avec quelqu’un plein de sang. Car oui c’est au programme. »

Soit ! Au moins ça avait le mérite d'être clair. Le Roi le prenait effectivement pour sa catin personnelle. Mais Matvei n'en était aucunement vexé, il avait envie de passer du bon temps avec lui peut importe dans quelle catégorie il serait classé et comment cela se ferait. C'était une façon comme une autre d'arriver à ses fins personnelles.

Ils entrèrent dans l'appartement de Nathaniel et Matvei découvrait petit à petit les recoins de ce vaste appartement. Tout était tellement différent de chez lui, tellement plus grand, plus grandiose. Il disposait d'un lit immense, d'une cuisine ou on aurait pût mettre deux fois minimum l'appartement de Matvei. Tout cela était complètement démesuré et le jeune homme eut du mal à comprendre pourquoi il fallait un si grand endroit pour quelqu'un de seul. Quelques détails firent sourire Matvei comme le Beretta, les fleurs, les bouteilles d'alcools, les sachets de poudre blanche, le ton vert amande. Tout cela était un peu en désaccord mais reflétait très bien ce que Matvei avait pût constater de cet homme : il était changeant.

Matvei fut poussé dans une salle de bain comme il n'en avait jamais vu. Qui a besoin de 3 lavabos ?! Le jeune homme était abasourdi par tout ce qu'il voyait là. Nathaniel lui sorti des compresses afin qu'il puisse se panser. Il lui reprochait d'être en sang mais avait-il conscience que c'était lui qui l'y avait mit ? Le Roi lui ébouriffa les cheveux et l'embrassa dans le cou.

« Rejoint moi quand tu es prêt »

Matvei se retrouva seul dans la salle d'eau. Il s'observa dans le grand miroir : c'était sur, il n'était pas beau à voir. Le jeune homme ôta son débardeur ainsi que son renfort thoracique. Le pantalon suivi de près avec les renforts des cuisses. Cela pesait une tonne et Matvei se sentait dès à présent voler.

En observant bien la pièce, Matvei secoua doucement la tête, cet homme était un maniaque, tout était soigneusement rangé, tout avait sa place et semblait ne jamais l'avoir quitté. Il déposa ses affaires sur un des lavabos et mit ses cheveux vers l'arrière. Le jeune homme entra dans la douche et fit couler l'eau. Il se sentait petit dans cette grande pièce, au moins dans son chez lui il avait l'impression d'être un géant. Matvei se débarrassa des traces de sang sur son visage et sur son corps.

Il sortit de la douche, la vapeur de l'eau chaude avait embué totalement le grand miroir. Matvei approcha sa main de la glace et effaça juste la partie lui permettant de voir son visage. Il prit une serviette posée dans l'armoire et se sécha avec. Une fois ceci fini, il remit son sous-vêtement couleur prune et entreprit de nettoyer ses plaies. Il ne faisait pas cela avec soin, juste histoire de dire qu'il l'avait fait.

Il jeta les compresses à la poubelle et essaya de plier la serviette comme les autres. Il n'arrivait à rien, n'obtenait jamais le même résultat. Sur les nerfs, Matvei décida de la pendre à un endroit qui semblait lui être dédié : tant pis si cela ne plaisait pas à Sa Majesté. Le jeune homme se rhabilla sans remettre ses renforts, il fouilla dans les poches cachées de ceux-ci et trouva ses boites de pilules, il en prit deux ; La soirée allait sûrement être mouvementée et il ne fallait pas qu'il cède à la tentation de s'énerver. Il les posa dans un coin de la salle de bain et ouvrit la porte.

Matvei chercha des yeux Nathaniel mais ne le vit pas tout de suite. Il le rejoignit dans la cuisine, arrivant dans son dos. A la vue des bougies et des fleurs un petit sourire tira le coin de ses lèvres. Sa voix murmura : 

« C'est mieux comme ça? »

Le jeune homme se tenait bras écarté devant Le Roi afin de savoir ce qu'il en pensait. Quelques mèches de cheveux encore mouillées lui tombaient de son œil gauche, son sourire s'étira lui donnant un air amusé, ses yeux brillaient d'une étincelle que personne n'avait jamais sût interpréter jusque là. Les paumes vers le ciel, les jambes légèrement écartées, il se soumettait au regard acerbe de Nathaniel.

Matvei savait que de toute façon, il ne ferait jamais parti du décor de cet appartement. Ses cheveux teintés et rasés sur les côtés ne lui donnait pas le genre de la maison, le bleu de ses cheveux ne se mariait pas avec le vert amande de l'appartement, ses tatouages sur les bras dénotaient avec les fleurs mais allaient avec le Beretta. Son jean troué, son caleçon prune apparent, son débardeur était bien loin du costume de Nathaniel. Néanmoins, s'il se trouvait ici c'est qu'il y avait une raison non ?

Il ne savait pas bien quelle était sa place ici, quel était son rôle ? Matvei s'accouda à un plan de travail, sa voix joueuse demanda :

« Je dois t'appeler Majesté ou Mon Roi? »


Il était clair qu'il ne le ferait pas ou alors pour s'amuser, comme un jeu. Tout cela n'était qu'un énorme jeu pour Matvei dont les règles étaient encore à établir. Un sourire angélique traversa son visage, il mit ses cheveux plus en arrière afin qu'ils ne le gênent pas et posa ses yeux bleus sur Nathaniel. Soudainement, il proposa :

« Tu m'offres un verre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Ven 25 Avr - 17:47

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel n’avait pas refait les nœuds de sa cravate et n’avait pas touché aux deux boutons défaits de sa chemise. Il n’était pas extrêmement musclé mais sa dégaine fine et svelte faisait de lui un éternel charmeur.

Il se laissa tomber sur un canapé droit de tissus et attrapa deux boites d’anti-dépresseurs avant d’avaler deux comprimés de chaque boite sans eau. Il inspira un grand coup, en quelques minutes, sa vie avait changé. Il avait toujours compris que plus les gouvernements investissaient dans la modernisation, plus les sociétés se déshumanisaient. Et maintenant il traitait les autres avec le plus d’inhumain possible.

Beaucoup de ses clients l’avaient accusés de corruption où de non respect des lois, il avait mis moins d’une semaine pour se payer les meilleurs avocats, acheter leur silence ou supprimer les témoins avant de disparaître de la circulation.

Il entendit les robinets de la douche, il sourit, il avait envie d’ouvrir la porte pour l’espionner, il sentit une légère pointe de désir au niveau de son entrejambe. Il secoua la tête, ébouriffant encore plus ses cheveux blancs

Matvei finit par revenir, il était magnifique. Nathaniel soupira légèrement, serrant les poings pour s’empêcher lui même de lui sauter dessus.

« Je dois t'appeler Majesté ou Mon Roi? »

Il s’était accoudés au plan de travail où été posés en désordre, une corbeille de fruit exotiques, une magnifique collection de couteau de cuisine, et une autre de magnifique bouteille des meilleurs champagnes qui existaient.

Il sourit tout doucement et s’étira

« Nathaniel ira … »

C’était la première fois qu’il révélait son vrai nom à un « extérieur » mais il ne ressentait presque rien à part une grande excitation de gamin. Son quotidien avait besoin d’un peu de nouveau.

« Tu m'offres un verre ? »

Il rit légèrement, des verres, ce n’était pas ce qui manquait. Il sortit deux flûtes de champagnes ceinturés d’or avant de placer une bouteille dans un compartiment qui venait de s’ouvrir dans le plan de travail après que Nathaniel ait appuyé sur un bouton. Le compartiment renfermait un appareil qui ôta le bouchon de la bouteille. Il finit par la sortir (la bouteille …) et servit Matvei avant de se servir lui même.

Après avoir « tchiné » il vida sa flûte en une gorgée avant de s’en servir une deuxième.

Il contourna doucement le plan de travail et vint du côté de Matvei pour s’adosser à ce morceau de marbre, les coudes en arrières, posés dessus.

Il attrapa une télécommande et appuya sur le bouton lecture, sa chaîne hifi se mit à « jouer » un morceau de tango à volume modéré

« Très bon choix … »


Oui, il remerciait un appareil électrique, mais il y avait longtemps qu’il avait arrêté d’être logique. Il le plaça face à lui et lui saisit les mains, glissant doucement ses doigts entre les siens

« Maintenant … m’accorderait tu cette danse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Sam 26 Avr - 17:07

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














« Nathaniel ira … »

Son prénom tira un petit sourire à Matvei jusque là il ne l’avait connu que sous l’appellation « Le Roi ». Lui donner un prénom l’humanisait beaucoup. A sa demande d’un verre, Nathaniel sortit du champagne. Ah, bien évidement. Ce n’était pas le genre à boire quelque chose de moins raffiné. Tout était assisté, jusqu’à l’ouverture du bouchon de champagne. Ils tchinèrent et Matvei profita de ce goût si caractéristique d’un champagne. Un champagne amené à la température parfaite, un mélange de bulles et d’amertume qui ravissait ses papilles.

Nathaniel vint se mettre à côté de Matvei qui le regardait d’un air méfiant. Ce mec n’était pas net, il était apparemment mentalement aussi stable que lui. Il sortit une télécommande. Cet appartement devait avoir un nombre de boutons et de télécommandes insoupçonné. Matvei était épaté par cette concentration de technologie, chaque geste, chaque besoin était suppléé par un mécanisme électronique. Au moins dans son petit appartement, tout était à porté de main. Nathaniel mettait de la musique.

« Très bon choix … »

Matvei regarda autour de lui rapidement afin d’arriver à la conclusion suivante : il venait bel et bien de féliciter sa chaine Hi-Fi. Décidément, il ne faisait plus la différence entre appareil et humain. Peut-être était-ce pour cela qu’il pouvait « casser » Matvei comme un objet sans plus de cérémonie et l’inviter chez lui par la suite.

Un morceau de tango débuta avec ses lentes lignes de basse et ses notes de piano qui venaient relevées le ton. Ils étaient face à face et Nathaniel lui prit les mains, les entrelaçant avec les siens.

« Maintenant … m’accorderait tu cette danse ? »

Un sourire étrange, ne dévoilant pas s’il était d’accord ou pas, se glissa sur les lèvres du jeune homme. Matvei resta ainsi face à Nathaniel, il le fixait dans les yeux comme partagé. D’un côté, il aurait adoré danser avec lui mais en même temps cela signifiait céder à un nouveau caprice et peut-être fallait-il lui apprendre la frustration. De plus Matvei n’avait jamais dansé de tango, il avait seulement vu certaines personnes le faire au bar où il travaillait.

Mais Matvei plaqua Nathaniel contre lui d’un coup soudain. Un mouvement qui correspondait parfaitement à un son dans la musique maintenant déclenchée. Leurs têtes étaient collées au niveau de la tempe. Matvei avait placé sa main dans le creux des omoplates de Nathaniel, le tenant au plus près de lui. Leur main était toujours entrelacées de l’autre côté. Matvei attendait le démarrage, le coup d’envoi de la musique. Ce son n’avait été qu’un prétexte pour confirmer son acceptation. Maintenant il s’agissait de partir à temps. Le souffle du jeune homme atterrissait dans la nuque du Roi, le départ était donné et Matvei fit un premier pas vers Nathaniel, un peu brusque, comme s’il l’avait poussé.

Les autres pas ne furent pas moins brutaux. Matvei enchainait les pas rapidement, brutalement, il était loin d’avoir la détente d’un danseur professionnel et leur légèreté. Il les arrêta à 1mm du mur, Matvei avait failli l’y cogner. Peut-être aurait-il mieux valu, comme une petite vengeance pour les coups de toute à l’heure. Mais il avait réussi à se contrôler, à son plus grand regret. Il fit tourner Nathaniel et se mit derrière lui, tous les deux en marche avant. Matvei lui baisa le cou, juste une fois, juste sur l’arrête du cou. Le jeune homme savait déclencher des frissons.

Il poussa Nathaniel en avait comme s’il le repoussait déjà, comme s’il ne voulait plus de lui. Matvei le retint finalement par les bras qu’il avait dût tendre et le ramena à lui cognant leur deux torse l’un contre l’autre avec passion. Leurs lèvres ne faisaient que se frôler, Matvei posait régulièrement la main sur la cuisse de Nathaniel tout en remontant lentement mais il le repoussait à chaque fois. La frustration était là, Matvei savait qu’il se frustrerait lui-même en acceptant cette danse.

Cette danse entremêlée de repoussements et de rapprochements continua son cours jusqu’à ce que Matvei finisse par le plaquer contre le mur en se saisissant de ses lèvres violement. Les muscles tendus, les mâchoires serrées, il s’écarta de lui aussi rapidement qu’il était venu. Il se redirigea vers le comptoir où son verre était posé, il le finit d’une traite se resservi un second verre qu’il fini tout aussi vite. Il resservi un verre à Nathaniel sans le regarder.

Son cœur battait à tout rompre et son esprit s’embrumait. L’envie qui l’avait tiraillée n’avait pas disparue, il tentait de la calmer lentement. Le champagne dans sa flute tremblait au rythme de sa main. Ses mâchoires continuaient à serrer et desserrer ses muscles, ce n’était pas la première fois que Matvei avait envie d’un homme mais c’était la première fois que cela le dévorait autant. Celui-ci avait quelque chose de spécial, quelque chose d’envoutant. Maintenant que le palpitant était calmé, il fallait vérifier.

Il se retourna d’un air décidé, il posa ses mains de part et d’autre du visage de Nathaniel et il l’embrassa de nouveau. C’était étrange comme tout tournait autour de lui mais ce devait être le champagne, du moins c’est que Matvei se dit à ce moment là. Le bout de ses doigts était chatouillé par les doux cheveux blancs de Nathaniel. Il mêla sa langue à celle du Roi, jouant avec, la mordant parfois. Il colla son front à celui de Nathaniel, sa voix essoufflée murmura :

« Mhm je crois que je te déteste déjà »

En réalité, c’était tout l’inverse, ce baiser lui avait fait quelque chose dans cette chose battante dans sa poitrine qu’il croyait mort. Ça avait été comme une pointe qu’on lui avait insérer là. Et c’est aussi pour cela qu’il détestait Nathaniel, il sentait qu’il jouait à un jeu dangereux mais voulait tout de même tenter de le gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Sam 26 Avr - 17:43

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Du champagne, il n’y avait que ça. Il avait besoin de beaucoup plus fort. Comme de la vodka ou un cocktail Molotov. Il lui fallait quelque chose de fort.

Matvei l’avait embrassé, deux fois. Le premier baiser lui avait fait l’effet d’une baffe, violente et claquante. Et il n’avait pas détesté ça. Le deuxième avait été plus doux et plus long, plus langoureux aussi, leur danse avait continué entre les lèvres de Nathaniel qui avait fermé les yeux, s’accordant une minute de répit, juste le temps du baiser.

Matvei était retourné se servir à boire sans même le regarder, il l’avait même servit. Nathaniel volait déjà loin de tous ça. Qu’allait il faire ensuite ? Il cligna des yeux et se reprit en main. Matvei venait de prendre les commandes, il fallait que Nathaniel remette de l’ordre dans sa tête et reprenne sa place. Il s’approcha, pris son verre, en fit tournoyer le liquide qu’il avala subitement.

Qu’allait il faire ? Il le savait …

Il le prit par le bras, sa poigne était un peu tremblante, mais il n’était pas bourré, il avait l’habitude de boire beaucoup plus que ça. Pourquoi il était sobre maintenant alors qu’il aurait adorer perdre les pédales … ?

Il finit par le conduire jusqu’au canapé et le poussa à l’intérieur, l’allongeant de tout son long, les jambes légèrement sur-élevées par les accoudoirs où étaient posés ses talons. Nathaniel se plaça avec le plus grand sérieux à quatre pattes au dessus de lui, le buste penché vers lui, il embrassait le cou avidement, fiévreusement. Sa peau … Mon dieu … Nathaniel se sentit bientôt happé dans un gouffre sans fond, il avait l’impression de tomber, d’être attiré vers le bas, et plus il avait cette impression, plus il se collait sur Matvei. La peau blanche et douce de son cou était la seule chose dans son champ de vision et il avait l’impression qu’il n’y avait que ça au monde. Il la léchait, la mordait et la suçait frénétiquement.

Soudain, il se sentit soulevé, son dos appuya contre quelque chose de mou, il reprit ses esprits, il était au dessous. Matvei venait de prendre le dessus, au sens propre du terme.
Nathaniel se redressa légèrement et appuya le haut de son dos contre l’accoudoir du canapé, saisissant les deux côté de sa chemise à pleine mains pour l’ouvrir brusquement, explosant tous les boutons sauf un, le dernier. Ce qui lui donnait un style …

Son torse n’était pas dessiné au muscle près, ses muscles ne menaçaient pas de déchirer sa peau au moindre mouvement et il avait séché un nombre incalculable de cours de sport étant adolescent. Néanmoins, son allure frêle et svelte et son caractère explosif constituait un mélange d’une saveur incomparable.

Il tira doucement sur le débardeur de Matvei avec un petit gémissement frustré, comme un chat demandant de l’attention. Il voulait que Matvei se dénude aussi, il voulait … Il voulait tout. Maintenant. Il n’était plus en mesure de parler, il se sentait sous l’emprise de Matvei et il voulait le rester. Entre ses bras puissants

Il leva doucement les genoux et les colla contre les hanches de Matvei, tout son être le réclamait, il voulait le sentir contre lui, collé, soudé. Ou encore mieux, nu. Il le voulait à lui. Il avait déjà voulu des choses insensées, mais jamais il n’avait désiré quelque chose d’aussi proche de lui. Il était sur un fil, il ne fallait qu’une légère brise pour le briser, briser le fil, et briser Nathaniel. Il était constamment au bord de la folie et il ne fallait pas beaucoup pour qu’il ne puisse plus résister à aucune forme de contrôle que son cerveau exerçait sur son corps et qu’il prennes Matvei, au sens propre du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 28 Avr - 17:01

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Matvei eut juste le temps de finir son verre que Nathaniel le prit par le bras. Matvei arqua un sourcil visiblement surpris, qu'allait-il donc faire ? Il le suivi de bonne volonté ne sachant ni ce qu'il avait derrière la tête ni pourquoi sa main tremblait.

Le canapé s'approchait de plus en plus et Matvei commençait à comprendre les desseins du Roi. Ainsi, il reprenait les devants, il tomba mollement sur le canapé, un sourire vicié sur les lèvres. A vrai dire ce retournement de situation avait laissé Matvei perplexe. Il était là à observer Nathaniel, allongé. Face à ses yeux verts, il se sentait démuni. Le jeune homme ne vit plus que des cheveux blancs, le Roi était penché sur lui et lui embrassait sauvagement le cou. Matvei se sentait flancher et il détestait cela. Il ne voulait pas s'abandonner totalement à cet homme mais sous ses baisers et sa chaude langue, il se sentait perdre pied, gémir même de temps en temps. Il sentait la fièvre monter et son corps prendre le dessus sur son esprit.

Cela ne pouvait pas durer, ça n'allait pas se passer comme ça. Matvei devait reprendre le dessus à proprement parler. Il souleva son nouvel amant et échangea les places. Voilà c'était bien mieux comme cela. Maintenant il pouvait choisir, choisir d'être embrasser ou d'embrasser, choisir si rapprochement il y aurait ou non. Il n'était plus le jouet de la fortune comme c'était le cas quelques instants plus tôt. Mais Nathaniel avait de quoi décontenancer n'importe quel homme. Il défit sa chemise, tout seul, d'un coup, ne prêtant pas attention aux boutons qui sautaient l'un après l'autre. Il était décidément plus sexy que n'importe laquelle des conquêtes de Matvei. Toutes ensemble, elles n'atteignaient même pas un seul cheveux de Nathaniel.

Matvei n'y tenait plus, il déploya ses mains puissantes sur le corps du jeune homme comme un aigle s'empare de sa proie. Il y avait quelque chose dans ce corps et ça rendait Matvei ivre. Il le toucha, l'embrassa.

Une main vint tirer sur son débardeur accompagnée d'un gémissement frustré. Ce petit son fit grandir un peu plus l'envie de Matvei, rétrécissant l'espace dans son pantalon. Il fixa ses yeux verts avec envie, il fallait se calmer, ne pas lui sauter dessus tout de suite. Il fallait faire monter la tension encore un peu, et ça c'était sa spécialité. Matvei se releva donc avec lenteur, il fixa de nouveau le jeune homme de son regard d'aliéné et fit passer son débardeur par dessus sa tête.

Le jeune homme s'assit sur ses talons, ses bras de part et d'autre de Nathaniel, il avait des allures de félins ainsi, d'ailleurs il roula des épaules montrant qu'il s'apprêtait à jouer avec sa souris. Ainsi il s'approcha extrêmement lentement de Nathaniel tout en le fixant. Il approcha sa main droite et effleura le bas du ventre du jeune homme. Comme une caresse rêvée, l'avait-il réellement touché ? Sa langue seconda ses doigts, léchant à certains endroits, mordillant à d'autres comme pour prouver que tout cela était bien vrai. Il remontait au fur et à mesure et bientôt il fut dans son cou. Sa voix grave murmura à son oreille :

« Embrasse moi »

Cela ne sonnait pas comme un ordre mais pas non plus comme une réelle demande. Il exprimait simplement un besoin sans se soucier de la forme. Il ne sut même pas si Nathaniel avait pris ses lèvres ou s'il avait pris cette liberté de lui même mais leurs lèvres se rencontrèrent à nouveau.

Matvei plaqua ses reins contre ceux du jeune homme en un mouvement savant qui pouvait s'apparenter à une sorte de vague. Son torse s'était soulevé manquant de rompre le contact avec les lèvres de Nathaniel mais ce mouvement avait sensiblement rapproché les deux bassins. La vague avait poursuivi son cours, relevant de nouveau les hanches de Matvei. Le retour de celle-ci colla les deux hommes l'un contre l'autre, Nathaniel devait sentir la virilité grandissante de Matvei. Ce contact arracha un profond soupir au jeune homme.
Mais ils furent séparés par la main de Matvei qui était venue s'immiscer entre eux. L'embrassant toujours, Matvei profitait de sa position -au dessus- pour toucher Nathaniel et l'empêcher de le toucher. En effet, son bras bloquait tout accès à son bas ventre tandis que Matvei le touchait allègrement. Puis Matvei se lassa, un nouveau supplice venait de naitre dans son esprit. Il offrit un sourire bien étrange à Nathaniel.

Il partit à la conquête de ses clavicules, de ses pectoraux, de son ventre jouant avec sa peau, faisant le tour de son nombril avec sa langue. Sa main joua quelques instants avec l'élastique du boxer de Nathaniel. Il vint mordiller la peau vers l'aine et ôta le bouton de pantalon avec les dents. Il retourna faire un tour du côté des côtes, l'effleurant. Puis il revint à la charge avec la braguette qu'il défit également avec les dents, tenant le zip avec celles-ci un large sourire les découvrant.

Ses mains vinrent le caresser de nouveau, plus proche que jamais de ce membre se levant un peu plus vers le plafond. Matvei fit glisser le pantalon de Nathaniel jusqu'à ses pieds et repris la bouche de celui ci en sa possession. Leur deux torse nus se collant, Matvei n'essayait de ne pas trop penser à leur envie mutuelle qu'il sentait mieux dès à présent au risque de perdre toute notion des limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 28 Avr - 18:21

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Le boxer noir de Nathaniel était bien tendu, il gémissait sans pouvoir se contrôler, il avait l’impression de se retrouver au milieu du néant. Seuls existaient Matvei, le canapé et son propriétaire. Il avait l’impression d’être attaqué, de tous les côtés par ses lèvres, les mains, la langue et les dents du jeune homme. Il sentait son bassin contre le sien et ne put s’empêcher de commencer à se frotter de plus en plus frénétiquement contre lui, les douces et très sensibles extrémités roses de son torse durcissaient et pointaient, frottant contre celles de Matvei

Il lui avait enlevé son pantalon, il était temps de lui rendre la pareille. D’un mouvement d’épaule, il reprit un peu de liberté de mouvement et glissa un peu plus dans le canapé pour embrasser son torse, mordre ses flancs tout en jouant avec la boucle de la ceinture de son jean. C’était un jeu risqué et il était conscient de la domination qu’exerçait Matvei sur lui. Il était complètement sous lui et il ne lui suffisait que de peser de tout son poids lui pour qu’il commence à suffoquer. Mais bizarrement, lui qui avait toujours régné au sommet, appréciait le fait d’être sous le « joug » de quelqu’un. A présent, c’était Matvei qui dictait les ordres. Mais avant qu’il s’en rende compte, il fallait qu’il réussisse à lui ôter ce fichu pantalon.

Il y parvint enfin avec un soupir de soulagement et sourit, émergeant d’en dessous lui avec un léger sourire

« Matvei, et si nous continuions cette danse dans un plus grand espace … ? »

Il n’attendit pas la réponse et se lever, à moitié nu, son désir bien visible, il était légèrement essoufflé. Son allure fine était soulignée par le fait que Nathaniel soit toujours –ou presque- complètement imberbe. Il leva les bras et remit grossièrement ses cheveux en place.

Alors il le conduisit ou se laissa conduire jusqu’à sa chambre. Cinquante mètres carré, le sol était fait de parquet blanc mat ce qui agrandissait encore la pièce. Il possédait une grande baie vitrée ouverte et un balcon spacieux donnant sur la ville qui à cette heure ci, était nocturnement illuminée.

Son lit était parfaitement fait et les draps se soulevaient légèrement par une brise fraiche venant de l’extérieur comme les voile d’un bateau, ils possédaient au moins six coussins parfaitement rectangulaire dans leur taie blanche à motifs orientaux discrets. De chaque côté du lit, il y avait une table de nuit. Sur l’une trônait une petite pile de journaux et magazines, et aussi des livres par dizaines, sur l’autre, il y avait encore quelques boites d’anti dépresseurs et de somnifères dont certains emballages vides avaient étaient lacérés par les propres ongles et dents de Nathaniel. Oui, des fois il perdait le contrôle et sa crainte maladive de ne pas prendre assez de médicaments n’arrangeaient rien.

Sur le mur en face du lit, il y avait un immense écran plasma incrusté au mur entouré d’enceintes elles aussi incrustées. Mais à présent, il s’en foutait. Tout ce qui comptait, c’était le tiroir d’une des tables de nuit. Il l’ouvrit et inspecta brièvement l’intérieur du regard avant de sourire à Matvei, un sourire énigmatique, envoutant. Dans cette boite, se trouvait le programme de leur soirée.

Tout d’abord des menottes, simples, en fer, Nathaniel ne s’en était jamais servi pour ce genre de choses, mais il sentait en lui comme une sorte de petite voix qu’il le lui ordonnait.
Ensuite, quelques rubans parfaitement pliés. Ces rubans pouvaient faire penser à une ceinture de kimono en soie mais Nathaniel leur voyait un tout autre but.

Et, ultime objet. Dans ce tiroir, trônait un sextoy, d’habitude utilisé par les femmes mais que Nathaniel affectionnait beaucoup. C’était un … Gros modèle.

Nathaniel se laissa tomber sur le dos sur le lit. Les draps, toujours en légère lévitation grâce au vent, émirent une légère onde comme si l’on avait jeté une pierre dans un lac avant de se plaquer doucement sur le matelas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Jeu 1 Mai - 21:47

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Nathaniel entreprit de lui enlever son pantalon, il passa sous lui. C'était de bonne guerre : Matvei avait joué ce jeu et il était temps que Le Roi montre qu'il savait le faire aussi. Matvei pût constater sur le jeune homme savait très bien attiser son désir. Matvei se souleva un peu afin de lui laisser plus de liberté à ses mouvements. Nathaniel s'amusait à son tour à le mordiller, il prit son temps pour défaire la ceinture jouant avec sa boucle. Matvei peinait à réprimer ses gémissements, ceux ci se transformaient en grognements étouffés. Mais supplice s'arrêta, Nathaniel apparu soudainement. Sa voix proposa :

« Matvei, et si nous continuions cette danse dans un plus grand espace … ? »

Matvei mis un certain temps avant de se lever. Premièrement, son cerveau embrumé n'avait pas saisi de suite la subtilité de cette phrase. Mais l'information finit par être traduite et fit son chemin jusqu'à son cerveau. Deuxièmement, Matvei était bien trop occupé à reluquer Nathaniel pour penser à le suivre. Il finit tout de même à par se lever du moelleux canapé et suivi Nathaniel.

Ils pénétrèrent dans la chambre et si Matvei n'était pas trop concentré sur les fesses de Nathaniel moulées dans son boxer, il aurait peut-être vu la splendeur de la pièce. Comme le reste de l'appartement, celle-ci aussi était démesurément grande. La vue était magnifique, les lumières de la ville étaient comme des petites étoiles plantées au milieu du ciel.

Alors que Matvei observait ce qui allait sûrement être le lieu de leurs jouissances, un sourire vint taquiner ses lèvres. Le lit était fait au carré seul le draps remuait sous l'effet du vent, Matvei ne prit pas le temps de compter les coussins tellement ils lui semblaient être nombreux. Deux tables de nuit trônaient de chaque côté du lit et au début Matvei n'y prêta pas attention.

Il observa Nathaniel se diriger vers l'une d'entre elle, il ouvrit un tiroir et sortit une petite panoplie d'accessoires. Tout d'abord des menottes qui déclenchèrent un sourire en coin chez Matvei, ça lui plaisait fortement ça. Ensuite des rubans firent leur apparition, il avait tout de suite une petite idée en tête à propos d'eux mais ne laissa rien paraître. Enfin, un autre objet fit son apparition. Ce dernier était beaucoup plus phallique que les autres. Matvei ne s'attarda pas trop sur celui-ci reportant son attention sur Le Roi.

Nathaniel se laissa tomber dans la légèreté des draps et Matvei se posa au bord du lit. Il se saisit doucement des menottes et rampa sur le lit au dessus de Nathaniel. En rampant, son corps était collé à celui du jeune homme, leur peau était en contact constant. Une fois arrivé au dessus de Nathaniel, il mit ses coudes de part et d'autre de la tête du jeune homme. Les menottes se déplièrent au dessus de son visage dans un cliquetis parfait. Un sourire vague mais large flottait sur ses lèvres alors qu'il le regardait dans les yeux.

« J'ai une petite idée pour toi »

Sa voix joueuse laissa planer un certain mystère qui pourtant n'existait pas. Tous les deux savaient parfaitement ce qui allait se passer. Il se saisit du poignet de Nathaniel et le rapprocha de la tête de lit qui ferait parfaitement l'affaire. D'un coup bien assuré, qui semblait être rodé, il passa la menotte dans un claquement sec autour du poignet de Nathaniel. Il accrocha le tout et tira dessus afin de voir si c'était solide. Il fit de même avec le second poignet et embrassa Nathaniel :

« Je pense que ça devrai faire l'affaire »


Il sourit et l'embrassa de plus belle. Matvei entama une descente semblable à celle de toute à l'heure seulement une fois arrivé à l'élastique du caleçon de Nathaniel ses mains le saisirent doucement. Il posa sa joue contre la bosse maintenant bien visible qui animait son dessous respirant lentement. Ses mains descendirent l'élastique et sa bouche embrassait chaque partie de peau qui apparaissait. Lentement, le membre tendu de Nathaniel apparu sous les yeux de Matvei. Il fini d'enlever l'unique vêtement décent et remonta le long de ses jambes. Matvei posa un doigt et un seul le long du phallus de Nathaniel. Il le caressa d'un doigt touchant la peau d'une extrême douceur sur toute la longueur. Puis s'ajouta un autre doigt puis un troisième se mêlèrent à la caresse. Enfin, Matvei le prit avec la main entière, entamant des allers et retours doux. Le jeune homme sentait sa respiration devenir saccadée, il alla prendre les lèvres de Nathaniel. Ses va et vient se firent plus rapides, plus forts, son propre bassin les rythmait touchant à chaque aller sa cuisse nue.

Il descendit de nouveau ayant un besoin viscéral de le toucher encore plus, d'être encore plus près de lui. Matvei y donna un coup de langue rapide dans un premier temps puis il le lécha sur tout le long. Les lèvres de Matvei se refermèrent sur le membre dressé de Nathaniel exerçant la pression idéale sur celui-ci. Il allait et venait tandis que ses mains tenaient tantôt sa taille tantôt ses cuisses ou se baladaient sur son ventre. Matvei était partout à la fois mais surtout à un endroit. Sa bouche jouait doucement avec ce membre, sa langue s'enroulant autour de lui, ses lèvres le serraient puis se relâchaient. Les yeux fermés, il ne pensait plus à rien à part donner du plaisir à Nathaniel. Il cru entendre, entre deux de ses respirations rapides, les menottes cliquetées. Était-ce Nathaniel qui tirait dessus ?

Sentant l'excitation monter dans son bas ventre, Matvei remonta à la surface surgissant devant Nathaniel. Il déposa un baiser puis des milliers sur son cou, ses mains s'affairaient à tout autre chose. Il dé-menottait le jeune homme en toute hâte. Une fois les mains détachées, Matvei les lui saisit les plaqua de part et d'autre de son visage. Il avait besoin de la sensation de ses mains sur lui, besoin d'être touché, embrassé. Matvei se sentait fiévreux et son cœur battait à tout rompre, à croire qu'il allait exploser. Le jeune homme se plaisait à croire qu'il ne s'agissait que d'excitation et d'attirance physique mais il sentait que c'était autre chose. Nathaniel avait peut-être réussi à capturer une part de lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Ven 2 Mai - 18:25

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel gémissait, criait même de plaisir. Il était menotté au lit et Matvei éprouvait sa résistance à la folie. Il n’était pas capable de briser les menottes mais son esprit commençait à être flou et s’il perdait le contrôle, il allait tout faire pour les briser, quitte à s’entailler sérieusement les poignets. La tête de son amant oscillait doucement entre ses jambes, puis de plus en plus vite, il n’allait pas tenir plus longtemps.
Alors qu’il était proche de l’extase, il sentit le délicieux poids que le Nucléaire avait sur son membre se volatiliser. Il poussa un long cri de frustration, ouvrant les yeux, se demandant ce qu’il se passait.

Matvei était là, au dessus de lui, il venait de le détacher, Nathaniel bougea les bras, il devait en être sûr. Mais l’homme prit ses mains pour les poser sur ses joues, Nathaniel frissonna. Aaaaah ! Cette peau, il lui en fallait plus. Heureusement, Matvei semblait plus calme, plus apte à se faire « contrôler » alors il en profita pour le faire basculer à côté de lui, sur le dos. Nathaniel n’avait pas tort, il dansait bien. Il s’agenouilla au dessus de lui et fit glisser ses mains le long de son corps. Mon dieu … Cette peau douce était un doux supplice. Il avait envie de la lécher, de la sucer, de la mordre … Il lui fallait Matvei. Il voulait que Matvei lui appartienne.

Ses mains dévalèrent son torses, caressèrent longuement sa peau tendue sous ses muscles puissants avant d’arriver à son bas ventre. Là, il le pinça légèrement, très légèrement, voulant lui faire un peu mal, il voulait que Matvei ait mal. Mais rien qu’un peu.
Il joua longtemps avec l’élastique de son boxer, le sien avait déjà valsé dans la pièce, il finit par l’envoyer le rejoindre après l’avoir lentement descendu le long des jambes musclés de Matvei.

Ce qu’il découvrit l’enchanta. Si la virilité de Nathaniel mesurait dans les seize centimètres, celle de Matvei avait bien trois centimètres de plus. Mais il voulait lui donner du plaisir, d’une manière différente. Il prit ses mains et les plaque sur ses propres fesses alors qu’il était toujours à genoux sur lui. Le geste émit un léger claquement suivit par un gémissement de Nathaniel. Il avait encore envie d’être frappé, de la même manière. Alors il ne lâcha pas les mains de Matvei, les détacha de son corps et les re-plaqua sur sa peau, gémissant encore avant de les lâcher.

Assez joué, il se pencha sur lui, restant sur les genoux. La virilité de Nathaniel appuyant sur celle de Matvei, les deux étroitement collées. Le Roi prit appui de chaque côté de sa tête et vint l’embrasser, mordant sa lèvres, la léchant, la suçant. Il fit la même chose dans son cou et sur son épaule.

Son bassin commença légèrement à bouger, d’avant en arrière. La peau de son torse et de son entrejambe glissait délicieusement contre celle de Matvei, le plaisir commença à monter, il accéléra, se frottant frénétiquement contre le Nucléaire, poussant des gémissements qu’il ne parvenait plus à contrôler. C’en était trop, il allait de plus en plus vite, le plaisir devenait insupportable. Il fallait que cela finisse. Il poussa un cri et planta légèrement ses dents dans l’épaule de Matvei. Physiquement comme psychologiquement, il allait lui laisser de sacrées marques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Ven 2 Mai - 20:43

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Mavtei se senti basculer puis atterrir sur dos, avant qu'il ne s'en rende compte Nahtaniel était déjà à califourchon sur lui. Sur ce, Matvei ferma les yeux laissant ses sens se concentrant uniquement sur les mains de Nathaniel et les parties de son corps qu'elles touchaient. Sa respiration se faisait profonde, il sentait que le jeune homme allait le toucher « là » très bientôt. Le contact ne fut pas celui attendut, Nathaniel l'avait pincé provoquant le froncement des sourcils de Matvei. Ses paupières s'étaient brusquement froissées obscurcissant encore plus le reste. A sa grande surprise, cela ne fut pas désagréable, même si cela lui avait fait mal, la douleur était tolérable et un contact restait un contact. Il sentit son caleçon lui échapper, rejoignant celui de Nathaniel après une lente descente.

Nathaniel lui prit les mains et les plaqua sur ses fesses dans un claquement sonore. A ce contact, les yeux de Matvei s'ouvrirent d'un seul coup. Ils fixèrent Nathaniel d'un regard perçant. Ce geste avait réveillé en lui quelque chose, une étincelle étrange brillait dans ses yeux. Lorsque Nathaniel refit le même mouvement Mavtei l'accompagna et le claquement résonna plus que la première fois. A ce contact, la respiration de Matvei s'était alourdit, il avait aimé ça plus qu'il ne l'aurait dut. Puis un nouveau son sorti de sa bouche, celui ci ressemblait plus à un gemissement que les autres qui avaient été comme des grognements. L'érection de Nathaniel était contre la sienne provoquant l'emballement de son cœur. Le jeune homme vint l'embrasser fougueusement, ses lèvres, son cou et son épaule.

Nathaniel entama des mouvements de va et vient contre lui auxquels Matvei répondit presque immédiatement. Leurs sexes étaient l'un contre l'autre, celui de Matvei était rougi par ce contact et par l'excitation qu'il lui provoquait. Les gémissements de Matvei se joignaient à ceux de Nathaniel sans la moindre retenue. Les va et vient s'accélérèrent et une douleur toute nouvelle vint le saisir à l'épaule. Les dents de Nathaniel venaient de se planter dans sa chair arrachant un nouveau gémissement à Matvei. Cette marque allait trôner un bout de temps sur son corps mais le jeune homme n'en avait que faire. Il empoigna une mèche de cheveux au passage et s'y cramponna comme si sa vie en dépendait. S'en était trop, il avait besoin d'un contact plus profond que cela, plus fort.

En entrant il avait remarqué un flacon de quelque chose qui ressemblait à un lubrifiant. Son bras droit s'étendit et sa main pût saisir le flacon. Sans regarder de quoi il s'agissait -il imaginait que cela soit du lubrifiant ou toute autre liquide faisant l'affaire comme une huile de massage ou de l'huile tout court- Mavtei s'en enduisit les mains. Tout en se massant les mains, il observait Nathaniel avec un sourire révélateur de ses pensées. Ses mains maintenant grasses se mirent de part et d'autre du membre turgescent de Nathaniel. Elles glissèrent tout le long transférant leur substance sur celui-ci.

Une fois que cette action fut terminée, Matvei était prêt. Il écarta les jambes en soulevant légèrement son bassin. Il s'agissait presque d'un relation avec un recommandé... Matvei rejeta la tête en arrière, sur les oreillers moelleux, et ferma les yeux. C'était une sorte de préparation mentale à ce qui allait suivre. Il sentit quelque chose se présenter puis s'immiscer petit à petit à l'intérieur de lui. Matvei savait que la douleur ne durait pas ou alors que l'on s'y habituait. Il serrait donc simplement les dents en attendant que cela passe. L'affaire finit par passer, littéralement parlant, et le plaisir fit son apparition. Il sentait chaque coups de bassin que Nathaniel lui assenait, chacun allant plus profondément dans son corps, le poussant plus loin dans les abysses du plaisir. Il les accompagnait de ses propres coups de reins, accueillant à chaque fois un peu mieux et un peu plus le membre de Nathaniel. Ceux-ci s'accélérèrent et Matvei perdait pied. Tout semblait tourner autour de lui, rien n'était fixe lorsqu'il ouvrait les yeux. Il voyait les cheveux de Nathaniel bouger au rythme de leurs mouvements mais pas seulement, ceux-ci n'avait plus de forme. C'était devenu un flou, artistique certes mais flou quand même. Matvei ne pouvait pas se concentrer sur cela, les yeux du jeune homme ne lui étaient pas visible non plus tellement tout bougeait autour de lui. Il sentait le sexe de Nathaniel glisser en lui, à chaque fois un gémissement sortait presque douloureux. Le mélange de médicaments, d'alcools et de plaisir ne réussissait jamais à Matvei.

Alors que le plaisir était à son sommet, il sentit Nathaniel se tendre tout en accélérant ses va et vient et les approfondissant.  C'était le moment, Matvei serra les dents, il savait qu'il n'allait pas pouvoir jouir, il savait que ça n'allait pas marcher. Et alors que son cerveau déclenchait une tornade, son corps se mouvait tout seul refusant de jouir ainsi. Nathaniel finit dans un ultime coups de rein, Matvei rompit le lien qui les reliait et mit les mains dans les cheveux blancs du jeune homme. Ses doigts les empoignèrent peut-être un peu trop fermement. Le désir continuait d'affluer dans son corps et tout était dirigé dans son érection qui devenait douloureuse. Il approcha la tête de Nathaniel vers lui sa voix coupée lui dit :

« Je te préviens... Ce n'est pas finit »

Il se fichait de si Nathaniel était fatigué ou de s'il n'avait pas envie. Rien de tout ça ne comptait pour lui, il fallait qu'il fasse partager la douleur qu'il ressentait. C'était la seule façon de l'apaiser.

Matvei se mit sur les genoux, il empoigna un des rubans et couvrit les yeux de Nathaniel avec. Bien, maintenant qu'il était aveugle, il allait pouvoir agir à sa guise.

« Tu vas être obligé de me faire confiance » dit-il d'une voix trahissant son sourire.

Il se mit derrière Nathaniel qui pût entendre le cliquetis des menottes à nouveau. Matvei lui prit un bras puis il pris le second, il joignit ses poignets dans son dos et lui passa les menottes. Mavtei le tint par les épaules observant avec satisfaction la situation qu'il avait crée. Nathaniel était à genou avec les mains attachées dans le dos et les yeux bandés. Voilà qui était parfait ! Une de ses mains saisi le flacon de liquide et enduit son propre pénis avec la substance. Il s'agissait de lui faire mal mais de lui provoquer du plaisir quand même.

Une fois cela fait, Mavtei posa son érection sur les fesses de Nathaniel. Hum c'était divin. Il allait et venait tranquillement entre ses fesses attisant un peu plus son désir. Puis, d'un coup, sans prévenir, sa main s'abattit sur sa peau. Il venait de lui donner la fessée, une envie soudaine lui était venue. Un second coup retentit. La façon dont la peau de Nathaniel rougissait sous ses mains satisfaisait grandement Matvei. Il caressa lentement la fesse rougie comme s'il admirait son « œuvre », il l'empoigna et amena son membre tendu à l'extrême à l'entrée de l'orifice comme pour préparer Nathaniel.

Doucement il entra en Nathaniel, une fois qu'il fut presque entièrement en lui il souffla lentement. C'était intense, le voir dans cette situation l'excitait au plus profond de lui. Matvei saisit les bras attachés de Nathaniel, il s'agissait de le tenir en équilibre pendant qu'il faisait son affaire. Un premier coup de rein, puis un second, un troisième et s'en enchainèrent toute une série. Ses mains se cramponnaient à Nathaniel, il observait son dos, ses cheveux, ses mains et tout, absolument tout, était parfait. Matvei sentit la vague venir, elle allait le submerger d'un coup et tout balayé sur son passage. Les mains de Matvei descendirent jusqu'aux hanches de Nathaniel qu'il saisit de toute ses forces. Ainsi il pouvait non seulement donner un coup de rein puissant mais également l'approcher de lui à la force de ses bras. L'orgasme vint dans un cri de Matvei, il n'avait put le retenir et n'en avait eut aucunement l'intention.

Il s'extirpa de Nathaniel, défit les menottes en vitesse et se laissa tomber à moitié sur lui. La respiration courte, le corps encore tremblant de cet orgasme qui l'avait terrassé, Matvei avait les yeux sur Nathaniel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 5 Mai - 16:57

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Tout était noir. Il y avait eu une sorte d’explosion en lui, tout son corps avait frissonné, il avait jouit. Mais pas Matvei. Il n’avait même pas eu le temps de demander, il sentit qu’on lui couvrait les yeux. Il essaya bêtement de les écarquiller, il n’y voyait strictement rien. Alors il se concentra sur le reste de son corps.

Avec un sens en moins, son corps se concentrait sur les quatre autres. Il entendit le cliquetis des menottes et il les sentit serrer ses poignets l’un contre l’autre. Il était prisonnier.

Il ouvrit la bouche et tira légèrement la langue, oui, en l’absence de repère il ouvrait tout ce qui était susceptible de recevoir la semence de Matvei.

Il ferma la bouche quand il sentit le membre de son amant aller et venir entre ses fesses, frotter lentement son orifice, il frémit fortement, cela en devenait presque insupportable.

Il eut soudainement mal, Matvei venait de le frapper, sur les fesses. Il lâcha un petit gémissement aigu mais ne Matvei n’en fut pas attendri, au contraire.

Tout cela lui rappela quelque chose : son plus grand fantasme.

A l’époque, Barthélémia n’avait pas autant de succès, Nathaniel recevait à peine quelques centaines de milliers d’euros par mois. Mais il s’imaginait déjà au sommet. Néanmoins, en ce temps là, il avait le temps de rêver. Le temps de s’asseoir sur son fauteuil de bureau à rien faire d’autre que de penser. Et un fantasme était né de ses longues soirées alcoolisées à ne rien faire : Il était riche et puissant, et on le prenait en otage pour de l’argent, lui bandait les yeux et on le violait. Son érection, qui s’était un peu calmée depuis son orgasme, reprit brusquement de la vigueur. En plus de ce souvenir, Matvei venait d’entrer en lui.

Il gémit, de plus en plus fort. Sa propre main dévala les courbes de son torse, il attrapa un téton et le pinça violemment. Il gémit plus fort, c’était absolument délicieux. Il sentait cette présence en lui, il ne voulait plus qu’elle reparte. A chaque fois que Matvei ressortait légèrement, il se mettait à prier pour que le coup de rein suivant soit encore plus violent.

Sa propre main finit sa course sur son propre membre qu’il masturba vivement, se mordant la lèvre, ne poussant que des gémissements puissants, mais étouffés.

Soudain, une nouvelle explosion s’installa entre eux deux. Mais cette fois, elle prit source en Matvei qui ne put retenir ses cris, tout comme Nathaniel.

Le Roi sentit qu’on le détachait puis le matelas bougea près de lui, Matvei venait de tomber lourdement à ses côtés. Epuisé. Nathaniel l’était aussi. Il eut à peine la patience de dénuer le ruban et se laissa tomber près de lui.

Il ne devait pas se laisser emporter par la douce fatigue qui le tiraillait, il se redressa peu de temps après et recoiffa sommairement ses cheveux.

« Merci, c’était génial. »

Il se leva, toujours nu et ramassa son boxer tombé par terre au début de leur ébat. Il l’enfila en soupirant.

« Matvei, j’ai du boulot … »


Oui, il avait encore des réunions et des dossiers. Il aurait bien aimé que Matvei l’accompagne, mais il n’osait pas lui demander, de peur qu’on lui rit au nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mar 6 Mai - 14:33

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Alors que Matvei était étalé sur le matelas se remettant encore ce coïte pour le moins sportif, il sentit Nathaniel se redresser. Quoi encore ? Il soupira fortement, n’allait-il jamais trouver la paix dans cet appartement ? Matvei ne le regarda pas, attendant simplement de savoir quelle lubie venait à l’esprit du Roi.

« Merci, c’était génial. »

Matvei étouffa un petit rire de surprise, était-il sérieux ? C’était comme s’il le congédiait, comme s’il remettait de la distance entre eux. Mais non, ça ne prenait pas, ça n’allait pas se passer comme ça, pas après ce qu’il s’était passé. Il avait bel et bien la confirmation que Nathaniel le prenait pour sa catin personnelle. Un sentiment étrange que Matvei ne connaissait pas monta en lui. C’était de la colère, Matvei était vexé. Il se retourna et s’appuya sur ses coudes afin de mieux observer le jeune homme se lever. Il remettait son boxer sous les yeux vides de Matvei.

« Matvei, j’ai du boulot … »

Un léger sourire se glissa sur les lèvres de Matvei. Il n’allait pas laisser un amant si fantastique qui lui avait procuré un je-ne-sais-quoi de plus le congédier comme ça. Il se sentait réellement vexé d’une telle attitude. Cet air indifférent le mettait clairement en rogne. Matvei s’assit sur le bord du lit méditant. Que voulait-il dire ? Au final, il s’en fichait, il voulait juste montrer à Nathaniel qu’il n’allait pas pouvoir le traiter comme un simple objet de plaisir.

Matvei se leva et s’approcha de Nathaniel. Il posa délicatement sa main gauche sur sa joue et sa voix douce lui dit d’un ton joueur :

« Hum… tu as du boulot ?! »

Son poing droit vint frapper Le Roi, peu importe s’il avait frappé trop fort. Il avait eut besoin d’exprimer sa colère et le fait qu’il n’était pas d’accord avec ce statut qu’il lui avait donné. Matvei caressa la joue qui avait été frappée, sa voix mielleuse dit :

« Ma puce, sache que je ne vais pas t’attendre sagement comme un chien. Je viens avec toi. »

Sans attendre la réponse de Nathaniel, il se pencha pour ramasser son boxer prune et l’enfila. Sa déclaration était sans appel, c’était décidé que Nathaniel le veuille ou non. Matvei ignorait totalement de quoi il retournait mais il savait simplement qu’il y avait eut quelque chose en plus dans leurs ébats et qu’il n’avait aucune envie de rentrer chez lui. Le jeune homme n’en parlait pas de peur que Nathaniel se moque de lui.

La vérité c’était que Matvei avait ressentit comme un électrochoc au moment même où ils s’étaient embrassés. Il est des personnes que l’on embrasse sans que cela ne procure un sentiment de spécial. Certes il est toujours –du moins généralement- plaisant d’embrasser quelqu’un d’autre mais là c’était différent. Une alchimie s’était faite –du moins du côté de Matvei-. Un truc avait bougé à l’intérieur de lui à l’instant même où il avait posé les yeux sur lui, où leurs lèvres s’étaient rencontrées. Il espérait secrètement que Nathaniel le ressentait également, Matvei n’était pas doué pour décrypter les gens et ne pouvait donc pas se fier sur ce qu’il voyait. Au final il était gentiment entrain de se persuader que Nathaniel ressentait la même chose que lui. Ainsi, il n’avait aucune envie de connaitre la vérité de peur qu’elle ne corresponde pas à ses souhaits.
Le petit surnom qu’il lui avait donné servait à montrer à Nathaniel qu’il n’y avait pas que du sexe entre eux.

Matvei quitta la pièce pour retourner s’habiller dans la salle de bain. Il était partie d’un coup en furie il remit ses renforts et enfila pantalon et débardeur. Il réapparue aux yeux de Nathaniel vêtu, une cigarette à la bouche. Il s’était passé de l’eau sur son visage et dans ses cheveux afin de se rafraichir un peu, il était dispo.

Devant le regard interrogatif de Nathaniel, Matvei désigna sa clope comme pour savoir si c’était bien de cela qu’il parlait. Il avait fixé sur son visage un air blasé et indifférent à tout ce qui se passait dans cette pièce. C’est ainsi que sa voix morne demanda :

« T'as du feu ? »

Un léger sourire amusé se glissa sur ses lèvres. La situation était bien étrange, après de tels ébats, tout semblait si normal que cela finissait par ne pas l’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mer 7 Mai - 21:42

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Il l’avait frappé. En plein visage. Et juste après l’avoir caressé. Il avait l’impression d’être un chien qu’on éduquait, il avait l’impression qu’on lui avait promis la carotte pour lui faire subir le bâton. Il recula de quelques pas sous le choc et un goût de sang lui envahit la bouche. Il se retourna et fut pris d’un léger spasme, rendant un filet de sang dans le verre vide sur sa table de nuit.

Il avait les mains tremblantes, il n’allait pas bien. Mais de toute évidence il n’allait jamais bien. Habitué à ce mode de vie, il avait apprit à aimer ça. Même plus fort, il avait pas mal apprécié le coup qu’on venait de lui donner.

Cela lui avait fait mal, il ne pouvait pas le cacher, mais cela avait aussi chamboulé toutes ses pensées, tout avait changé, il s’était senti à la merci de Matvei pendant un petit instant, et cette instant l’avait stimulé à un point qu’il en tremblait.

« Matvei je … »


Il ne l’avait sûrement pas entendu, il avait parlé beaucoup trop doucement. Ou peut être était ce parce que Matvei était déjà parti se rhabiller …

Il n’avait pas entendu, mais son cerveau avait assimilé les paroles de Matvei. Ainsi, il venait avec lui, Nathaniel ne put réprimander un joli sourire, il ne pourrait supporter d’être séparé de lui. Ne serait ce qu’une heure.

Il revint cigarette à la bouche et Nathaniel le dévisagea. Pour lui, cet objet entre les lèvres de son amant n’avait aucun sens. Mais être jaloux d’un objet n’avait pas de sens non plus. Pour Nathaniel de toute façon, plus rien n’avait de sens. Tout était une constante suite d’habitude. Et cet amant là, il avait changé tout ça. Il avait prit sa routine, l’avait éventrée et avait sauté sur son cadavre avec des rangers à crampons.

Matvei lui demanda s’il avait du feu, il secoua la tête pour reprendre ses esprits et finit par répondre

« Ma femme de ménage a du laisser un briquet … »

Il fumait autrefois, mais il était vite tombé « amoureux » du tabac et des joints, si bien que les deux femmes de ménage se relayant dans son appartement avait fini par, grâce à une sorte de coup d’état ou de perquisition, à dérober tout ses paquets et sa réserve. Il en avait été exécrable pendant trois semaines puis avait recommencé à tanguer vers le puits des médicaments où il était finalement tombé.

Il trouva donc un de ses anciens briquets, noir, tout simple. Il l’alluma avec une habileté qui trahissait le fait qu’il s’en était déjà servi et le tendit à Matvei, qui avait encore disparu.
Ah, il était là. Nathaniel ouvrit la grande baie vitrée de sa chambre et pousse Matvei sur le balcon

« Si tu fumes ici l’alarme incendie va … »

La phrase se finissait d’elle-même. Il le poussa alors vers le balcon, il y faisait un peu froid mais la vue était superbe. Nathaniel laissa Matvei allumer sa clope et se glissa près de lui. Il avait revêtit sa chemise, froissée et déchirée comme elle était, il donnait l’impression d’être en pyjama.

Il se glissa tout contre lui, entourant son bassin de ses bras. Il arrivait à peu près au niveau de ses aisselles. Il plaqua son visage contre son bras qu’il embrassait doucement, machinalement, le mordillant même des fois. Il devait bien lui dire un jour, il avait donc opté pour le langage des signes. Le fait qu’il soit limite accroché à lui comme si sa vie en dépendait, trahissait ses sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Jeu 8 Mai - 13:59

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Matvei observai Nathaniel avec un petit sourire, il semblait encore sous le choc d'avoir été frappé. Peut-être avait-il frappé trop fort ? Mais ça ne semblait pas être ça, il avait un petit sourire et Matvei se dit que la force importait peu dans cette affaire. Nathaniel finit par parler d'une femme de ménage et d'un briquet.

Nathaniel sortit un briquet et l'alluma arrachant un petit sourire à Mavtei. Il était clair que ce briquet lui appartenait et que la femme de ménage n'était pour rien dans cette affaire. Il secoua la tête doucement, pourquoi s'évertuer à dire que ce n'était pas le sien. Fumer ou avoir fumer n'était pas un crime. Mais Nathaniel lui tendit le briquet, interrompant les réflexions de Matvei qui saisit le briquet. Alors que le jeune homme jouait avec le briquait s'apprêtant à appuyer sur le déclencheur, Nathaniel ouvrit la baie vitrée bien trop grande et Matvei se retrouva sur le balcon après y avoir été poussé.

« Si tu fumes ici l’alarme incendie va … »


Matvei acquiesça ; évidemment ! Comment ne pas y avoir pensé ? Il était clair qu'avec toute la protection dont Le Roi disposait cet appartement disposait au moins d'une alarme incendie. Le jeune homme était prêt à parier qu'une alarme de nuit était constamment active avec des rayons laser, détecteurs de mouvement et compagnie. D'ailleurs, n'y avait-il pas une vidéo surveillance H24... ? Il sourit en pensant que la personne chargée de surveiller les bandes vidéo avait dût avoir quelques surprises.

Tandis que Matvei faisait rouler son pouce sur le cercle glissant du briquet de Nathaniel, il observait la vue. Il finit par allumer sa cigarette tirant doucement dessus savourant la fumée qui passant sa gorge. Il la recracha dans une volute de fumée qu'il regardait s'envoler librement dans le ciel éclairé par les lumières de la ville.

La fraicheur de la soirée lui hérissait les poils mais il sentit celle ci s'apaiser par un contact qu'il n'avait pas prévu. Les bras se Nathaniel vinrent autour de ses hanches, l'entourant doucement. Matvei sentit le visage de Nathaniel contre son bras. Sa douce chaleur fit frissonner Matvei qui restait immobile. Ce contact l'avait figé, il était tellement surpris qu'il ne savait plus que faire. Des baisers tendres vinrent effleurer sa peau fraiche et il sentit de temps en temps les dents de Nathaniel le mordiller. Ce contact n'était pas anodin, Matvei le sentait bien. Nathaniel était accroché à lui d'une étrange façon, cela semblait vital.

Matvei restait là sans bouger, le cœur battant. Il ne savait pas quoi faire. Devait-il bouger ? Devait-il lui rendre son geste ? Devait-il rester immobile ? La tête de Matvei commençait surchauffer. Se demander ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire venait de mettre son cerveau en veille. De son bras libre il jeta sa cigarette par dessus le balcon et tant pis si cela tombait sur la tête d'un des gorilles. Ce même bras vint s'enrouler autour de Nathaniel, il ferma les yeux et son nez plongea dans ses cheveux en bataille respirant l'odeur divine de Nathaniel. Rapidement, il dégagea le bras embrassé par Nathaniel et il l'attira à lui de nouveau. Matvei tenait Le Roi dans une étreinte de fer semblable à celle exercée par Nathaniel. Il le tenait contre lui s'enivrant de sa présence et de ce moment partagé avec lui.

Mais tout cela était bien trop profond, tout cela signifiait bien trop. Matvei posa les mains sur les épaules de Nathaniel et l'écarta doucement de lui, son visage quelques instants encore auparavant épanoui et réellement heureux avait repris son expression habituelle. Il s'éclaircit la voix :

« Ahem... Nous... Nous avons du travail non? »


C'était une façon de dire que le temps était venu de redescendre sur terre. Sa gêne était visible malgré tout ses efforts pour sourire. Cet instant l'avait réellement bouleversé. Jamais il n'avait été aussi proche de quelqu'un. C'était bien plus qu'une proximité physique, ils avaient laissé parler leur corps à leur place et ce tendre moment avait profondément touché le jeune homme. Maintenant il était certain que ses sentiments étaient partagés bien que personne n'en ai parlé. Ses yeux trahissaient la plénitude qu'il avait ressentit et qui avait du mal à chasser, ils étaient toujours tendres et comme embués, il semblait qu'un voile s'était posé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Sam 10 Mai - 22:09

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














En effet, une très belle nuit s’annonçait. Nathaniel se pencha au dessus du balcon, il aurait pu tomber, tout se joua en une fraction de seconde, il se redressa à la demie seconde avant laquelle il allait perdre l’équilibre. Mais il affichait toujours le même sourire angélique, comme s’il ne s’était rien passé.

« Oooohw ! »
dit il avec la voix d’un gamin découvrant ses cadeaux de Noël « Ils sont là ! »
Oui, ils. Une quarantaine d’homme certains frisant la cinquantaine, d’autre la quarantaine,

Nathaniel allait être le plus jeune de tous. Il l’avait toujours été.
Il se rua à l’intérieur de son immense appartement, tirant Matvei avec lui. Ils revinrent dans la chambre du Roi où celui-ci ouvrit son immense armoire. Ses vêtements de civils étaient proprement pliés à côtés de ses nombreux costumes, tous plus chers les uns que les autres.

Il opta pour un noir droit, sur mesure comme tous les autres et l’enfila à a hâte après avoir passé une nouvelle chemise blanche repassée sentant l’eucalyptus.
Il noua sa cravate en quelques secondes, il était habitué à ce genre de gestes mieux que quiconque.

Après toutes ses préparations, il glissa une petite boite blanche dans la poche de son pantalon, sans rien dire.

Une fois habillé, il était magnifique. Son costume faisait ressortir ses yeux verts étincelants. Il disciplina grossièrement ses cheveux blancs et prit Matvei par la main, l’entrainant en dehors de son bureau.

Ils atteignirent l’ascenseur au bout d’un long couloir, ils marchaient sur un grand tapis de velours rouge, Nathaniel avait le visage fermé. A vrai dire, même avec Matvei, il n’était quand même pas très rassuré de se retrouver dans une pièce avec une quarantaine d’inconnus, il avait congédié tous ses gardes du corps, et le gratte ciel était quasi vide à cette heure ci. Il ne devait plus rester que les portiers, les secrétaires et quelques agents de maintenance.
Une fois entré dans l’ascenseur, il appuya sur le bouton du soixantième étage, restant silencieux pendant le « trajet »

Une fois arrivés, ils traversèrent une multitude de couloirs avant d’arriver devant une grande porte. A l’intérieur, on entendait déjà des murmures et des cris, des bruits de verres et de bouchons de champagne. Nathaniel grogna doucement, il n’aimait pas que l’on pioche dans sa réserve.

Il regarda Matvei et souffla doucement, après avoir de nouveau braqué son regard sur la porte

« Ne dit rien, ils ne te parleront pas. »


Oui, il allait sûrement parler tout seul, on allait le harceler, l’insulter même, mais il ne devait pas ciller. Il sortit de la poche de son pantalon, la petite boite blanche, l’ouvrit, dedans, il y avait deux pilules. Elles avaient des couleurs psychédéliques qui vrillaient la rétine, de la même manière que les grenouilles dangereuses.

Il en prit une qu’il sembla avoir choisi au hasard et l’avala, soupirant doucement, Nathaniel, très calme, devint légèrement tremblant, il se vêtit de son plus beau sourire et poussa les deux battants de l’immense porte.

La salle était d’une taille disproportionnée pour ce qu’ils y avaient à faire. Elle était quasi vide.
Elle disposait d’une armoire noire dans le fond et, en son centre, s’entendait une immense table blanche où des petits micros sur pieds, des verres de champagne, et les dossiers des hommes déjà présents étaient éparpillés.

Nathaniel tremblait plus, mais ne disait rien, il n’avait pas du tout l’air apeuré, il surprit une conversation et sourit légèrement, sans rien dire, on discutait à son sujet

« Il bouge beaucoup le gamin … »

« Tu parles, à vingt-trois ans moi je draguais de la minette, il doit prendre beaucoup trop de calmants ! »

Nathaniel sourit doucement, au contraire. Il se sentait beaucoup trop calme avant les réunions. Il avait eu, en versant un énorme pot-de-vin à un médecin, des pilules … Pour s’énerver.

Il prit place en bout de table et resta debout alors que tout le monde s’asseyait, vérifiant que Matvei était derrière lui.

Finalement, le silence s’installa, il pu enfin, après une longue inspiration, prendre la parole.

« Messieurs, si je vous ai demandé de vous réunir ici à cette heure … C’est que je compte sur l’union de vos entreprises avec la mienne. Barthélémia est une lumière dans l’ombre du peuple, une réponse à toutes les questions. Certains soutiennent le projet qu’elle devienne première entreprise mondiale mais je sais que mon rôle n’est pas de grimper « sociétairement » et solitairement mais plutôt de vous aider, vous, petites moyennes et grandes entreprises à monter les mêmes échelons que moi. Je sais que vous pensez que monter en grade n’est pas une priorité, et que les entreprises de la villes doivent ensemble et je souligne ce mot, chercher à résoudre la crise de l’emploi. Néanmoins, ne comptez pas sur moi pour être puéril. Nous savons tous ici à combien de milliards s’élèvent les bénéfices de Barthélémia chaque années, et nous savons bien sûr tous comment faire pour en arriver là. Messieurs, la déshumanisation des entreprises est en marche. La mécanisation remplace les êtres humains, les pauvres croupissent dans la rue, et les hommes comme vous messieurs, ils croient pouvoir tout faire pour sortir le peuple de là. Voyez vous, je ne suis pas de cet avis. Je ne compte pas re sympathiser avec la foule. Cela dit, je sais que vous avez besoin de moi et des pot-de-vin que je verse à vos fournisseurs pour que votre chiffre d’affaire augmente, vous savez aussi que si je veux, je peux vous trainer devant un tribunal. Je vous conseille donc, et c’est en tant qu’associé que je vous parle, de ne plus trainer dans mes pattes pendant que je colonise le monde. »

Il fit un geste de la main, comme s’il chassait une mouche, et se tut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Dim 11 Mai - 14:11

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Alors que Nathaniel jouait avec le feu commençant sérieusement à agacer Matvei qui ne s'avouait pas qu'il s'inquiétait, il eut l'air soudainement très heureux en annonçant l'arrivée de personne. Matvei fut tiré par le jeune homme visiblement plein d'entrain jusque dans la chambre. Il s'habilla de vêtements propres sous les yeux contemplatifs de Matvei. Ça lui allait décidément très bien, un peu trop bien même. Il était très rapide dans ses mouvements. Matvei le suivait sans dire un mot, observant les habitudes du Roi. De nouveau ils étaient repartis dans l'ascenseur puis dans les couloirs semblant ne jamais finir. Pour tout dire, pendant tout ce trajet, Matvei n'avait pensé à rien. Il ne s'était pas demandé ce qui l'attendait ni s'il avait fait le bon choix en l'accompagnant. Il se contentait de suivre Nathaniel, n'essayant même pas de repérer le chemin qu'ils empruntaient.

Une fois devant la porte, des bruits se firent entendre et Matvei prêtait une attention toute particulière à ce qu'il entendait. Il lui semblait qu'il y avait une multitude de personne à l'intérieur. Il n'avait pas imaginé qu'il se retrouverait dans une pièce avec presque 40 personnes. Non, Matvei avait plutôt imaginé une réunion barbante avec 4-5 personnes à tout cassé. Mais le bruit qui émanait de cette pièce lui prouvait que ça n'allait pas être le genre de réunion à laquelle il pourrait dormir dans un coin. Nathaniel le regarda et souffla, Matvei fit de même.

« Ne dit rien, ils ne te parleront pas. »

Il avait dit cela sans le regarder et Matvei grogna doucement. De toute façon, il n'avait pas l'intention de l'ouvrir. Il ne jouait absolument pas dans la même cour et Matvei n'avait pas envie d'entrer dans ce monde là. Ses yeux s'arrêtèrent sur les pilules de Nathaniel qui avaient des couleurs bien étranges, il secoua doucement la tête. La réunion s'annonçait différentes de qu'il avait imaginé si Nathaniel prenait cette pilule avant.

L'effet fut un léger tremblement de la part du jeune homme. Il s'arma de son plus beau sourire et poussa les battants de la porte toujours bien trop grande. Matvei n'avait pas ce don pour sourire lorsque la situation l'exigeait, il entra donc avec son habituel air blasé et fermé au monde entier. La salle semblait diminuer le nombre de personne et rassurait quelques peu Matvei. Ils traversèrent la salle et Nathaniel s'assit en bout de table, la présidant. Matvei se posta derrière lui, mains sur le dossier de la chaise. Sur leur passage, il avait entendu quelques bribes de conversation mais n'y avait pas prêté plus attention car il était trop occupé à estimer le nombre de convives. La voix de Nathaniel retentit :

« Messieurs, si je vous ai demandé de vous réunir ici à cette heure … C’est que je compte sur l’union de vos entreprises avec la mienne. Barthélémia est une lumière dans l’ombre du peuple, une réponse à toutes les questions. [...] »

Clairement, Matvei avait décroché au moment de la comparaison entre Barthélémia et la lumière dans l'ombre. Pour une fois ce n'était pas que son cerveau avait brutalement cessé d'écouter devant tant de cérémonie. Matvei avait repéré certains gestes de mécontentements dans l'assemblée, un homme avait sérieusement tiqué sur cette affirmation par un geste de la tête se rapprochant de l'épaule, un autre avait abordé un rictus révélateur de son dégout. Matvei s'accrocha au dossier de la chaise de Nathaniel.

« Certains soutiennent le projet qu’elle devienne première entreprise mondiale mais je sais que mon rôle n’est pas de grimper « sociétairement » et solitairement mais plutôt de vous aider, vous, petites moyennes et grandes entreprises à monter les mêmes échelons que moi. Je sais que vous pensez que monter en grade n’est pas une priorité, et que les entreprises de la villes doivent ensemble et je souligne ce mot, chercher à résoudre la crise de l’emploi. Néanmoins, ne comptez pas sur moi pour être puéril. »

De nouveau des sourires apparurent sur les visages. Certains chuchotaient entre eux. Matvei débuta une ronde nerveuse autour de la table, il avançait lentement derrière les convives, les mains derrières dos agitées. Ainsi, il put entendre quelques remarques :

« Puéril ? Il ne peut pas faire autrement ce n'est qu'un gamin »

« Ouais, on a pas besoin de son aide ici »

Matvei poursuivait lentement cette ronde machinale, le visage fermé. Il se sentait nerveux, tout d'abord parce que les huits clos ne lui réussissaient jamais. Il détestait l'idée d'être enfermé avec d'autres personnes, surtout lorsqu'il se trouve être dans le camps le moins nombreux.

« Nous savons tous ici à combien de milliards s’élèvent les bénéfices de Barthélémia chaque années, et nous savons bien sûr tous comment faire pour en arriver là. Messieurs, la déshumanisation des entreprises est en marche. La mécanisation remplace les êtres humains, les pauvres croupissent dans la rue, et les hommes comme vous messieurs, ils croient pouvoir tout faire pour sortir le peuple de là. Voyez vous, je ne suis pas de cet avis. Je ne compte pas re sympathiser avec la foule. Cela dit, je sais que vous avez besoin de moi et des pot-de-vin que je verse à vos fournisseurs pour que votre chiffre d’affaire augmente, vous savez aussi que si je veux, je peux vous trainer devant un tribunal. »

La dernière phrase parvint aux oreilles de Matvei qui se retourna vers Nathaniel avec l'air de dire « tu essayes de nous tuer là c'est ça? ». Certes les convives n'étaient pas tous jeune et en forme, certains étaient même rondouillards mais ils étaient tout de même quarante. Il y eut un mouvement général autour de la table, chacun changea de position, serrant muscles et regards. Mais Nathaniel poursuivit tout de même et acheva :

« Je vous conseille donc, et c’est en tant qu’associé que je vous parle, de ne plus trainer dans mes pattes pendant que je colonise le monde. »

Matvei leva les yeux au ciel, c'était sur que personne n'allait apprécier cela. Il était arrêté derrière un convive qui n'appréciait nullement sa présence oppressante. Les invités se considérèrent l'un après l'autre, ils ne regardaient en aucun cas Nathaniel comme s'ils entamaient silencieusement une discussion privée. De temps à autres, un convive croisait les yeux bleus nerveux de Matvei mais il détournait aussitôt le regard devant le jeune homme dérangeant. Puis l'un d'entre eux s'éclaircit la voix, il avait visiblement été désigné par les autres pour prendre la parole.

« Alors vous espérez que nous allons gentiment vous laisser nous écraser? »

L'homme se leva sous les regards encourageants des autres. Il reprit plus violemment :

« La réponse est non ! Nous n'allons pas laisser un gamin nous enterrer ! Vous n'êtes qu'un enfant ! Vous jouiez encore avec vos excréments lorsque nous faisions déjà des affaires ! Je ne laisserais pas un petit... un petit emmerdeur tel que vous nous menacer et... »

L'homme s'était arrêté au contact des mains de Matvei sur ses épaules. Le jeune homme avait fait silencieusement le tour pour se poster derrière lui. Ses mains s'étaient posées doucement sur les petites épaules de ce convive récalcitrant. Elles exerçaient à présent une pression afin qu'il se rassoit, ce qu'il fit plus par incompréhension que par peur.

Mais un autre homme enchaina visiblement plus attaqué par le champagne que le précédent :

« Nous ne nous laisserons pas faire ! Et ce n'est pas votre chien -il désigna Matvei du regard- qui nous en empêchera ! Avec votre stupidité, votre cupidité vous ne vous êtes fait que des ennemis. Notre passivité ne s'achète pas. Nous souhaitons dépasser votre Bathélémia, la couler, la voir s'effondrer. Mais plus que tout c'est vous que nous voulons voir tomber. Nous vous piétinerons, nous danserons tous autant que nous sommes sur votre cadavre fumant »

Tout ce discours fut accompagné de poing frappant sur la table, de cris approbation.

« Il a raison! » Lançait un trentenaire à côté de ses pompes.

Le visage de Matvei était blanc, la peur ne le consumait pas, il sentait monter en lui une énergie dévastatrice qu'il connaissait trop bien. Il regagna sa place initiale rapidement, les bras tremblants à cause du manque d'activité. Il se baissa à l'oreille de Nathaniel :

« Il va falloir que tu gère cette situation dans les plus brefs délais. Si tu n'as pas de calmants à me donner et que nous ne sortons pas très vite, nous sommes finis »


La lueur étrange qui brillait dans ses yeux, les tremblements d'impatience de ses bras et de ses jambes, les gouttes qui perlaient sur son front et ses mâchoires serrées montraient qu'il n'était vraiment pas loin de craquer. Il souffla doucement comme pour tenter d'évacuer la tension qu'il ressentait mais le souffle fut saccadé et nullement relaxant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Dim 11 Mai - 14:43

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel haussa un sourcil et tendit légèrement les bras devant lui, pour calmer la foule.

« Messieurs, soyez raisonnables. »

Allait il enfin se calmer ? Non, sûrement pas. Un grand sourire se peignit sur ses lèvres, il avait entendu la remarque de Matvei, il ne l’avait pas ignoré. Il se tourna vers lui et passa tendrement sa main sur sa joue. Il assumait totalement son homosexualité et il se foutait de ce que pensaient les autres. Il murmura

« Je te demande de tenir encore quelques minutes Matvei, s’ils ne sont pas calmés d’ici là, tu pourras t’en … Occuper. »


Il se racla la gorge, ajusta le nœud de sa cravate et soupira

« Vous avez été grand, mais votre ère est terminée. La place est à la jeunesse. Vous vous devez de lâcher les rênes de me laisser régler ça. Barthélémia est immortelle. »

Il avait un sourire assez calme, mais sa voix et son regard étaient menaçants au point d’en faire reculer certains. Il attrapa une télécommande sur la table et appuya sur un bouton.

Aussitôt, un vidéo projecteur sur pied articulé, projeta sur un des murs blanc, un graphique. Les courbes qui couraient sur le quadrillage représentaient les bénéfices de toutes les autres grandes entreprises de la ville et Barthélémia. Cette dernière avait commencé au plus bas, mais à présent, culminait au maximum, écrasant de loin toute concurrence. Nathaniel n’avait pas trafiqué ses données, elles étaient disponibles partout. Certains attrapèrent même leur téléphone portable pour vérifier. Il reprit la parole, couvrant les murmures

« Prenez en compte mes amis, que les médias ne sont pas au courant de cette petite réunion, que l’agent qui décrypte les bandes des caméras de surveillance et de mon côté, et que nous sommes au soixantième étages d’un gratte-ciel. Barthélémia vous a accueilli à bras ouverts, vous ne méritez pas cette invitation. »

Il grogna lentement et se craqua la nuque, balançant sa tête de droite à gauche

« J’aurais du vous faire défenestrer simplement quand vous avez insulté cet homme, qui est plus cher à mes yeux que toutes les richesses au monde réunies. »

Il jouait avec les nerfs de tout le monde. Il venait de s’exposer entièrement à leur yeux, il venait de leur donner envie d’aller hurler aux médias qu’ils savaient à présent avec qui Nathaniel Barthélémy De Castille ; le patron des patrons, avait une relation charnelle. Mais son regard était oppressant, il les obligeait à se taire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Dim 11 Mai - 16:35

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














« Messieurs, soyez raisonnables. »

Matvei haussa un sourcil, il comptait calmer les quarante personnes devant eux de cette manière ? Autant dire qu'il était plutôt sceptique. Nathaniel caressa sa joue doucement y mettant instantanément le feu. Tout de même devant tant de personne... Ce n'est pas que Matvie n'assume pas son homosexualité mais peut-être que le lieu et le moment n'était pas le bon pour prendre ce rôle là. Nathaniel lui murmura :

« Je te demande de tenir encore quelques minutes Matvei, s’ils ne sont pas calmés d’ici là, tu pourras t’en … Occuper. »


Matvei soupira, de toute évidence, il n'avait pas trop son mot à dire. Il recula donc jusqu'à la fenêtre qu'il entrouvrit afin de se faire un peu d'air et d'être plus en retrait de toute cette agitation. Il s'adossa au mur et observa Nathaniel qui reprenait la parole :

« Vous avez été grand, mais votre ère est terminée. La place est à la jeunesse. Vous vous devez de lâcher les rênes de me laisser régler ça. Barthélémia est immortelle. »

Matvei n'entendait rien de tout ça, il y avait une sorte de bourdonnement dans ses oreilles qui le fermait à toute sorte de communication. Ses yeux observèrent rapidement le graphique avait de jugé qu'il n'était pas très intéressant pour lui de le comprendre. Après tout, tout cela ne le concernait pas vraiment.

« Prenez en compte mes amis, que les médias ne sont pas au courant de cette petite réunion, que l’agent qui décrypte les bandes des caméras de surveillance est de mon côté, et que nous sommes au soixantième étages d’un gratte-ciel. Barthélémia vous a accueilli à bras ouverts, vous ne méritez pas cette invitation. »

A cette réflexion, Matvei sourit doucement, c'était bien vu. Personne ne savait qu'ils étaient là et leur disparition ne serait jamais rattachée à Barthélémia. Le jeune homme vint se poster de nouveau derrière Matvei, les mains en croix sur le dossier de la chaise. Il observait les cheveux du Roi avec une paresse remarquable. Une petite phrase vint s'ajouter à cette menace plus qu'explicite :

« J’aurais du vous faire défenestrer simplement quand vous avez insulté cet homme, qui est plus cher à mes yeux que toutes les richesses au monde réunies. »

Une petite phrase qui vint noyer la haine de Matvei, la transformant en une vanité extrême. Une soudaine vague de fierté l'avait envahit et lorsque les convives posèrent leurs yeux sur lui, ce fut un jeune homme avec un sourire étincelant qui les dévisageait. Ses yeux bleus semblaient leur demander si eux aussi avaient entendu la même chose que lui. Matvei ressemblait clairement à un pacha, il se balançait doucement d'avant en arrière sans trop s'en rendre compte, un sourire satisfait mal dissimulé se baladait sur ses lèvres. Il avait définitivement bien fait de venir à cette réunion qui avait réussi à arracher des aveux oraux à Nathaniel quant à l'attention qu'il lui portait.

Sous le choc de cette nouvelle -Matvei n'arrivait pas à savoir si c'était l'homosexualité qui les avait surpris ou si c'était lui- aucun n'osaient prononcer mot. Nathaniel les maintenait en joug les un après les autres, il avait repris le dessus. Ils n'avaient sûrement pas confiance que l'aveu que Nathaniel venait de faire était un réel scoop, tant pour les convives que pour Matvei et peut-être bien pour Nathaniel aussi. Un invité osa enfin dire d'une voix molle :

«  Je crois que nous n'avons, de toute façon, pas le choix. Vous avez encore gagné Monsieur De Castille. »

Le gros homme soupira visiblement déçu de la tournure de cette réunion au cours de laquelle il avait initialement prévu de prendre le contrôle.

Matvei toucha l'épaule de Nathaniel et lui murmura :

« Je crois que c'est le bon moment pour congédier tes invités »

Il n'avait qu'une hâte : quitter cette salle et ce monde. Alors qu'ils se dirigeaient tranquillement vers la porte pour sortir, un autre convive dit d'une voix bien assurée dans leur dos :

« Prenez à votre tour en compte, mon ami, que la réputation de Barthélémia peut vite se dégrader si la nouvelle de votre relation venait à se savoir. »

Ils s'arrêtèrent. Matvei soupira fortement, cela n'allait donc jamais cesser ? Le jeune homme se retourna et découvrit le convive visiblement ravi de sa petite menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Dim 11 Mai - 16:54

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














D’un signe de la main, il chassa tout le monde. Seul un seul convive resta en place et se mit à l’insulter. Nathaniel avait la tête baissée, les poings sur la table et les bras tendus.
Il soupira doucement et leva les yeux.

« Ma sexualité ne doit pas influencer et n'influence pas mon travail. Néanmoins, si vous révélez ce que vous avez entendu à la presse, vous serez simplement accusé d’homophobie. Mon travail continuera à exceller. »

Il grogna mais resta en place, criant qu’il allait tout faire pour que Barthélémia la prenne là où il faut. Nathaniel grogna et plongea ses yeux verts dans ceux de l’homme.

« Matvei ? Fait le sortir. De force s’il le faut. »


Il soupira doucement, pendant que Matvei s’occupait de l’homme, il attrapa une flûte de champagne et la vida d’une traite avant de s’asseoir sur la table et se laisser glisser sur le dos, couché sur la table après s’être assuré que Matvei avait fermé la porte. Il respirait fort mais n’avait pas l’air mal en point

« Matvei, je sais que ça a été chiant … Mais c’est une grande partie de mon travail, il y en aura au moins deux par jour. Et mes invités seront toujours obstinés à couler Barthélémia … »

Il soupira encore et défit sa cravate, il était tellement bien couché sur le dos qu’il ne voulait à présent plus bouger.

Il n’avait pas menti, des réunions, il y allait en avoir des centaines de milliers, il avait à présent très peur que Matvei ne veuille plus de lui après avoir vu cette facette ennuyeuse de sa personnalité. Il le regarda, il était à l’horizontal, il le voyait couché mais son regard était mouillé, suppliant

« Matvei, ne me quitte pas, je t’en supplie … »

Il osait à peine bouger, il ne savait plus quoi regarder, il éteignit distraitement le vidéo projecteur, pour se trouver quelque chose à faire, il avait très très peur de la réaction du Nucléaire. Après tout, il avait Nathaniel à sa merci à présent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 12 Mai - 18:15

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Alors que Matvei avait hâte d'être seul avec Nathaniel pour profiter des sentiments qu'il avait évoqué autour d'une soirée romantique, un des convives avait relancé la discussion. Mais Nathaniel chassa tout le monde sauf le dernier parleur. Matvei se sentait déjà un peu plus à l'aise maintenant qu'ils n'étaient plus que 3 dans cette satanée pièce.

« Ma sexualité ne doit pas influencer et n'influence pas mon travail. Néanmoins, si vous révélez ce que vous avez entendu à la presse, vous serez simplement accusé d’homophobie. Mon travail continuera à exceller. »


Matvei avait à peine écouté la réplique de Nathaniel car, pour une fois, son cerveau était occupé à réfléchir. Il n'avait pas encore eu le temps de penser au fait que sa relation pouvait compromettre Nathaniel. Après tout, qui était-il pour partager l'intimité du Roi ? Il ne représentait strictement rien hormis les bas-fonds de la société et la chute vers le fond du puits. Alors qu'il réfléchissait à sa condition et à celle de Nathaniel, ce dernier lui dit :

« Matvei ? Fait le sortir. De force s’il le faut. »


Un énorme coup de blues l'avait saisi à la pensée qu'ils n'avaient strictement rien à faire ensemble. Cette phrase trouva Matvei au mauvais moment de telle sorte qu'il pensa sur le moment que Nathaniel avait de nouveau oublié le côté humain s'adressant à lui comme à un robot. Il eut envie de crier qu'il n'était en aucun cas son videur ou un de ses gorilles. Mais le jeune homme s'exécuta, après tout c'était dans son intérêt aussi.

Il posa simplement sa main sur l'épaule de l'homme qui semblait être complètement ratatiné, ses joues étaient violacées par la haine et la déception, ses yeux étaient injectés de sang, ses épaules basses. L'homme fit les pas seul, sans résistance. Matvei l'accompagna simplement jusqu'à la porte, avant qu'il ne ferme la porte l'homme lui lança un regard que Matvei ne comprit pas. Il ne sut pas si cela était de la compassion comme s'il voulait dire « Dieu que vous devez en endurer des choses » ou bien du dédain signifiant « Vous n'êtes qu'une lubie, rien de plus ». Matvei ferma donc la porte presque sur le nez de l'homme.

Matvei se retourna et découvrit Nathaniel étendu sur le dos sur la table. Il était encore assez loin de la table et l'observait de là ou il était :

« Matvei, je sais que ça a été chiant … Mais c’est une grande partie de mon travail, il y en aura au moins deux par jour. Et mes invités seront toujours obstinés à couler Barthélémia … »

Le jeune homme passa une main dans ses cheveux : qu'est ce qu'il essayait de lui dire ? Il allait le congédier à son tour d'un simple geste de la main ? Matvei haussa les épaules et mit son mur de blase sur son visage. Il s'avança lentement vers Le Roi étendu en l'observant en silence. Nathaniel défit sa cravate marquant un sourire discret chez Matvei : Décidément ce n'était confortable pour personne cette affaire. Matvei en avait « porté » une une seule fois et l'avait retiré aussitôt le nœud ajusté : beaucoup trop oppressant pour lui.

Les yeux de Nathaniel rencontrèrent ceux de Matvei et alors que ce dernier s'imaginait devoir rentrer chez lui illico presto :

« Matvei, ne me quitte pas, je t’en supplie … »

Le masque d'indifférence tomba aussitôt et Matvei cligna plusieurs fois des yeux comme hébété. Une étonnante vague de soulagement souffla à l'intérieur de lui. Il n'allait donc pas être expulsé de Barthélémia ce soir.

Matvei s'approcha de Nathaniel et se pencha sur lui jusqu'à ce que leurs nez se touchent. Tendrement, il caressa le nez du Roi du sien avec un doux sourire sur les lèvres. Ce sourire ne trahissait que trop bien la sensation de soulagement et de bonheur qu'il ressentait. Il déposa un baiser léger sur ses lèvres et son sourire s'intensifia :

« Ne me refais plus jamais ça... »

Sa voix était sortie comme un rire. Le jeune homme était bien trop soulagé de la tournure des évènements pour contrôler le ton de sa voix. Il l'embrassa de nouveau, sa main venant se loger dans ses cheveux en bataille. Il plongea ses yeux dans ceux de Nathaniel et y admira leur couleur verte peu commune. Il se releva et tira Nathaniel par les mains afin qu'il se relève à son tour. Matvei tenta de rediscipliner les cheveux de Nathaniel sans grand succès, sa voix plaisanta de nouveau :

« Maintenant, il s'il n'y a plus personne à sortir j'aimerais que nous rentrions »

Il entendait bien sûr par là rentrer dans l'appartement de Nathaniel. D'ailleurs, il se sentit obligé de préciser :

« Ah oui.... Je ne rentre pas chez moi cette nuit ni peut-être même demain »

Il lui offrit son plus beau sourire, de toute façon Nathaniel ne pouvait pas lui refuser ce caprice au risque d'une crise sans précédent. Matvei avait envie de passer la nuit avec Nathaniel bien que cela comportait le risque de faire une crise de panique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 12 Mai - 18:47

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Matvei le releva, il lui sourit tendrement et le laissa tenter de calmer ses cheveux blancs désordonnés. C’était peine perdu. Toutes se nuits blanches du temps où il avait encore seize ans avait conditionnées ses cheveux.

Il lui sourit encore et joua un moment avant une manche de son débardeur, finissant par se remettre sur pieds, s’étirant doucement

« Maintenant, il s'il n'y a plus personne à sortir j'aimerais que nous rentrions »

Il sourit doucement, rentrer où ? Ils étaient déjà dans le corps même de l’immense demeure de Nathaniel. Barthélémia était à lui, à lui seul. Il n’avait pas de co directeur, de vice pdg ou autres. Tout ce qui étaient dans ce bâtiment avait été acheté par lui même, et les personnes y travaillant avait toutes étaient choisies par lui.

« Ah oui.... Je ne rentre pas chez moi cette nuit ni peut-être même demain »

Il rit tendrement et vient coller son torse à celui de Matvei, levant la tête vers lui. Il ouvrit les lèvres et glissa, d’un air malicieux qui faisait pétiller ses yeux à la limite du possible

« Mais tu es déjà chez toi … »

Nathaniel n’avait pas dit cela par hasard. Matvei serait à présent toujours chez lui à Barthélémia. Et Nathaniel avait prévu de s’arranger pour régler quand même le loyer de Matvei pour que son appartement ne lui sois pas ôté en son absence.

Il lui prit la main, et ne la lâcha pas avant d’avoir passer le palier de son appartement.

« Matvei, je vais devoir prendre une douche, visite si tu veux, il y a à manger dans la cuisine, et une piscine sur un des balcons si ça t’intéresse »

Il rosit, Nathaniel n’aurait pas dit non à ce que le jeune homme l’accompagne, mais il avait déjà prit une douche et il trouvait ça gênant de redemander. Oui, c’était son seul argument.

Il entra dans son immense salle de bain, alluma une radio, programmée pour diffuser une playlist définie par Nathaniel.

La première chanson était « I Want To Break Free » de Queen. Un grand sourire illumina le visage de Nathaniel, c’était bien trop fort pour lui, il ne put résister et commença à danser.

Ce n’était pas un pro, loin de là. Mais il était tellement mignon dans ses mimiques et les mouvements de ses hanches et de ses épaules.

Comme il devait se déshabiller, il le fit en ce qui pouvait ressembler à un strip tease pour son miroir.

La chanson se termina trop vite pour Nathaniel qui éclata de rire, ça lui faisait tellement de bien de se relâcher …

Il s’étira et finit par entrer dans la douche.

Il se doucha rapidement, enfila un simple pantalon de coton noir s’arrêtant à mi tibias, il était assez bouffant et ample, façon sarouel, mais resserré par des élastique sur les mollets du Roi.

Il avait coûté vingt euros. C’était un cadeau d’une de ses femmes de ménage.

Il resta torse nu, aimant bien la bise nocturne chatouillant son torse. Il sortit enfin de la salle de bain et chercha Matvei du regard. Des mèches blanches et mouillées gênant ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mar 13 Mai - 17:40

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














« Mais tu es déjà chez toi … »

Cette petite phrase l'accompagna dans le dédale des couloirs de Barthélémia. Elle l'accompagna pendant tout leur trajet, faisant flotter Matvei dans une sorte de brume bien agréable. Elle résonnait doucement dans ses oreilles comme une espèce de promesse qu'on ne lui avait jamais faite. Sa main dans celle de Nathaniel ne faisait que renforcer la véracité de la situation. C'était bien Nathaniel, Le Roi, Dirigeant de Barthélémia, qui lui avait dit ces mots. Alors que Matvei rêvait doucement, Nathaniel lui dit quelque chose et il acquiesça avec automatisme. Mais son sourire disparut lorsque sa main se sépara de la sienne et qu'il vit Nathaniel s'éloigner. Qu'avait-il dit ? Matvei rembobina :

« Matvei, je vais devoir prendre une douche, visite si tu veux, il y a à manger dans la cuisine, et une piscine sur un des balcons si ça t’intéresse »

Voilà ce que lui coûtait sa rêverie... Il soupira en entendant le loquet verrouillant la porte. Tant pis, il aurait tout le loisir de savonner le dos de Nathaniel plus tard ! Il entendit de la musique émaner de la salle de bain et secoua doucement la tête. Ce n'était décidément pas du tout l'image qu'il s'était initialement faite de ce personnage. L'imaginer faire du play-back sur cette musique était très divertissant mais la chanson finit bien vite et des éclats de rire retentirent. Matvei sourit seul à l'entente de ce bruit, c'était tout à fait craquant !

Le bruit de la douche rendit la chose désintéressante voire désagréable. Qu'y a-t-il de pire que de savoir l'objet de son désir nu sous une douche brulante derrière une porte fermée ? Pour Matvei cela ressortait de la torture. Il se mit donc en marche, traversant les innombrables pièces de l'appartement découvrant des pièces qu'il n'avait pas eut l'occasion de voir ou d'en profiter. Alors qu'il se trouvait dans la cuisine à rechercher la nourriture que lui avait désigné Nathaniel, il entendit le bruit de la douche s'arrêter. La porte s'ouvrit et Matvei se décida à le retrouver.

Il trouva Nathaniel au milieu du salon dans une tenue décontractée c'est à dire en sarouel et rien d'autre. Ses cheveux étaient encore mouillées formant de petites pointes desquelles tombaient quelques gouttes d'eau. Matvei et sourit et s'approcha dans son dos sur la pointe des pieds. Une fois juste derrière lui, il passa ses bras autour de ses épaules l'enserrant délicatement.

« Te voilà enfin toi »

Son sourire s'entendait très clairement dans sa voix. Il déposa un léger baiser sur sa tempe et reprit de plus belle :

« Je meurs de faim... »

Cette phrase était sortie comme une supplique, le tout dans un sourire bien sûr. Matvei était fortement amusé de jouer l'animal abandonné, sans trop s'avouer que la situation était plutôt réaliste. Il avait surtout peur de découvrir que ce n'était que par commodité que Nathaniel l'accueillait ici, comme pour faire « une bonne action » dans l'année : recueillir le premier jeune peu fortunée et en pleine déchéance afin de le sortir de son trou et lui mettre un peu de poudre aux yeux. De cette réflexion il ne résulta qu'une petite ombre qui passa sur son visage. Il la chassa vite en enfouissant son nez dans la chevelure blanche de Nathaniel.

Matvei décroisa les bras et mit Nathaniel face à lui il avait besoin de mettre une petite chose au clair :

« Si tu n'y tiens pas spécialement, la prochaine fois, je préfèrerais ne pas t'accompagner aux réunions comme celle-ci et t'attendre sagement ici à... à te préparer un diner pour ton retour »


Les cheveux de Nathaniel avait former un cercle mouillé sur le débardeur de Matvei qui n'en avait aucunement conscience. En réalité Matvei ne savait absolument pas cuisiner mais c'était une chose qu'il ferait si cela lui permettait d'éviter de telles réunions. Tout cela représentait bien trop de stress pour lui. Il lui fit un nouveau sourire presque comme un enfant qui demandait la permission de faire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Ven 16 Mai - 18:17

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Ne pas l’accompagner aux réunions ? Hmm, ainsi il pourrait laisser sortir le vrai Nathaniel. Celui qui mordait, celui avec des griffes et des crocs.
Avec Matvei, tout avait été plus « doux ». Il s’était laissé insulter sans trop riposter. Sans lui, et surtout, avec ses gardes du corps officiels, il ne se gênerait pas pour leur faire comprendre ce qu’il pensait. Peut être avec une vue très rapprochée des container 500mètres plus bas.

Il sourit et se dégagea de l’étreinte de Matvei pour le regarder en face souriant tendrement, il passa une main envoûtante sur sa joue.

« Mais bien sûr mon ange … Mais bien sûr … »

Ses yeux luisaient d’une lueur mystérieuse, leur couleur verte étincelante était si peu commune et sa voix avait été celle d’un ange, son sourire étirait tendrement ses lèvres pâles, laissant apparaître un bout de ses dents blanches et droites, c’était un beau sourire Colgate.

Il sourit et le prit par la main pour l’entraîner dans la cuisine, ouvrant un immense frigo où il y avait à peu près tous les aliments froids possibles. Le reste était dispersés dans des placards qu’il ouvrit aussi

« Sers toi. »

Il attrapa un curieux étui noir et rectangulaire sur son plan de travail et sourit doucement, l’ouvrant. C’était l’étui d’une paire de lunette carrées à monture noire et épaisse qu’il mit sur son nez avant de s’asseoir sur une chaise, attraper une pile de feuille sur le coin de la table et les lire, mâchouillant la gomme au bout d’un crayon à papier. Il n’avait pas faim. Le stresse accumulé pendant toutes ses années lui avait fait perdre l’appétit. Il ne mangeait que des compléments alimentaires et quelques repas de temps en temps. Il était maigre comme un clou.

Il commença à remplir les papiers, observant Matvei manger du coin de l’œil. Il sourit doucement et prit une inspiration

« Si tu es fatigué, va dans ma chambre, je te rejoindrais … »

Quelques minutes plus tard, il éteignit doucement la lumière du salon afin de plonger la chambre dans l’obscurité. Il voulait que Matvei dorme le mieux possible et n’ai rien à reprocher à la nuit qu’il allait passer. Il laissa seulement allumer la petite lampe de chevet de la cuisine pour travailler.

Rhaaa paperasse, paperasse et paperasse … Il remplissait. Des contrats, des demandes de partenariats, et des tas de choses dont le simple nom lui donnait la migraine.

Il avait déjà mal à la tête, les lunettes aidaient mais il n’en pouvait plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 19 Mai - 17:12

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














« Mais bien sûr mon ange … Mais bien sûr … »

Matvei était rassuré, au moins il n'aurait plus besoin de supporter ce stress là. Et c'était déjà pas mal. Nathaniel semblait plutôt de bonne humeur, il souriait comme un mannequin et ses yeux brillaient étrangement. Matvei, lui, était plus réservé, son sourire n'était pas aussi communicatif, il était plus effacé bien que le petit surnom dans la bouche de Nathaniel avait déclenché des papillons dans le ventre de  Matvei.

En réalité, Matvei était extrêmement fatigué. Son corps lui disait qu'il était temps de se reposer pendant un laps de temps suffisant. Nathaniel lui prit la main afin l'amener dans la cuisine. Avait-il deviner qu'il n'avait plus la force de rien ? Il ouvrit le frigidaire et certains placards qui contenaient beaucoup de nourriture. Forcément, Un frigo vide n'était pas concevable dans cette demeure.

« Sers toi. »


Matvei était face au frigo grand ouvert ne sachant ou poser les yeux. Son frigidaire à lui était plutôt de l'ordre du désertique, rien à voir avec cette opulence. Mais Mavtei n'avait aucunement le goût pour les bonnes choses et était adepte du grignotage et de la mal-bouffe. Il pris donc du jambon qui se trouvait juste au niveau de ses yeux, il referma le frigo et se retourna vers un placard pour se saisir d'un paquet de gâteau quelconque. A vrai dire, il n'avait même pas fait attention à la saveur de ceux-ci. Il referma le placard et se retourna vers Nathaniel.

Il avait mit ses lunettes qui lui donnait un air sérieux adorable et il était penché sur une tonne de papier. Matvei engloutit rapidement le jambon et 2 ou 3 gâteaux -il n'aurait sut dire quel goût ils avaient-. Il s'agissait juste de se remplir le ventre, de combler le vide qu'il ressentait, peu importait l'aliment au final.

Matvei s'approcha de lui en s'étirant doucement, il secouait la tête de gauche à droite en signe de désapprobation. Décidément, il ne s'arrêtait jamais de travailler.

« Si tu es fatigué, va dans ma chambre, je te rejoindrais … »

Cette phrase précéda un petit bâillement du Nucléaire. Il posa la main sur les cheveux de Nathaniel et les ébouriffa en guise de bonne nuit. Matvei n'avait pas envie de lui demander de venir se coucher avec lui. Nathaniel devait avoir beaucoup de travail, une affaire de responsabilité que Matvei ne pouvait sûrement pas comprendre. Il n'avait pas non plus envie de lui faire la morale sur la place que prenait le travail dans sa vie et s'engager dans une discussion comme celle ci ne rimerait à rien. Après tout, il ne connaissait pas grand chose à ce style de vie.

Il partit donc lentement dans la chambre, quelque peu déçu de ne pas pouvoir s'endormir aux côtés de Nathaniel. Matvei retira son débardeur et son pantalon, il s'attaqua ensuite aux renforts et les laissa tomber à terre. Il se glissa dans les draps en caleçon.

Sa tête reposait mollement sur l'oreiller, le draps lui remontait jusqu'à l'épaule et tout son corps semblait être engloutit par le matelas. Peu de temps après, alors que ses yeux étaient encore entrain de scruter autour d'eux les moindres coins de la chambre afin de les mémoriser parfaitement, les lumières s'éteignirent. Matvei ferma les yeux et se laissa doucement glisser dans les méandres d'un demi-sommeil. Ses oreilles étaient toujours aux aguets, guettant chaque petits bruits de griffonnement de Nathaniel. Guettant s'il venait enfin se coucher avec lui. Au bout d'un certain moment, Matvei plongea dans un sommeil profond sur le flanc droit.

***

La respiration de Matvei se faisait plus difficile, plus lourde, Sous ses paupières, ses yeux faisaient des allers et retours rapides. Des gouttes de sueur perlaient sur son front et ses membres étaient agités.

Dans les rêves de Matvei, c'était blanc, tout était d'un blanc éclatant. Tout se ressemblait mais rien n'était pareil, tout semblait changer en permanence. Matvei se trouvait dans une pièce d'une blancheur éblouissante, vide. Puis, d'un coup, il se trouvait face à un miroir le montrant sous son meilleur jour. Il se regardait fier de l'image qu'il renvoyait : il était habillé d'un costume 3 pièces noir avec des arabesques discrètes dessus. Un doigt toucha le miroir et sa surface se gondola comme de l'eau. Matvei suivi le doigt, tombant sur une main, un bras puis enfin un visage : Nathaniel. Enfin, cet homme ressemblait à Nathaniel sans qu'il le soit vraiment. Il est toujours étrange d'expliquer comment les personnes rencontrer en vrai se traduisent dans nos rêves.

« Je t'ai montré ce que cela faisait d'être riche, d'avoir du prestige... »

Le Nathaniel du rêve laissa la phrase en suspens et Matvei était comme paralysé, son corps ne lui obéissait plus il était obligé de regarder ce miroir. Le faux-Nathaniel frappa une seconde fois sur le miroir, montrant Matvei en haillon dans un état pitoyable -certainement au pire du possible après une longue soirée-. Du faux-Nathaniel sortit un rire presque démoniaque et le corps de Matvei se libéra, le jeune homme se mit à courir d'un coup. Il fallait fuir ce cauchemar – par ce qu'il avait conscience qu'il s'agissait d'un cauchemar. Il n'y a rien de pire que de savoir que tout ceci n'est pas vrai, d'être pourtant terrorisé par la situation, et de ne pouvoir se réveiller-. Tout son corps se tendait, ne demandant qu'à être réveillé.

Il courrait donc dans un couloir blanc sans fin qui s'ornait de miroir au fur et à mesure qu'il avançait. Dans ceux-ci Matvei voyait Nathaniel courir à ses côtés riant de plus belle, en fait il semblait voler. Le faux-Nathaniel n'était présent que dans les miroirs comme si sa réelle personne avait été avalée par Barthélémia et qu'il ne restait plus que la richesse et le pouvoir.

« Tu n'es rien, tu n'es qu'un mouton de poussière que l'on rejette honteusement sous un meuble, tu ne pourrais même pas être mon chien. Tu croyais être à ta place ici ? »

Matvei frappait contre les miroirs au fur et à mesure qu'il les dépassait. Au début il frappait avec le poing, mais plus les sarcasmes du faux-Nathaniel résonnaient -au final le tout ne formait qu'un brouhaha effrayant et oppressant- et moins Matvei se contrôlait. Il jetait son corps entier contre les miroirs, tentant de pénétrer leur surface pour rejoindre Nathaniel.

Dans la réalité, Matvei se tournait et se retournait encore et encore. Son corps entier tomba contre le sol, Matvei ouvrit les yeux paniqués. Tu n'es rien. Son cœur battait fortement contre le sol, contre ses tempes. Tu n'es rien. Tu n'es rien. Tu n'es rien. Il s'accrocha aux draps afin de remonter sur le lit. Il était à genou, les bras sur le matelas. Même pas mon chien. Tu n'es rien. Un éclair sembla éclairer la pièce mais surement n'était-ce que les yeux de Matvei qui s'accoutumaient à la pénombre. Puis soudain Matvei se laissa retomber, se plaquant même au sol. Il l'avait vu dans le reflet de la vitre ; le faux-Nathaniel. Même pas mon chien. Même pas mon chien. Tu n'es rien. La voix du faux-Nathaniel résonnait aux oreilles de Matvei. Il se leva d'un bond et sauta sur la fenêtre poing en avant. L'image du faux-Nathaniel disparu aussitôt que les mains de Matvei étaient entrées en contact avec le verre de la fenêtre.

Il souffla un coup, c'est fini. Même pas mon chien. Matvei failli tomber de nouveau sous la terreur. Il se retourna violemment, il lui sembla que la voix venait du salon. Il s'y précipita alors en courant, le reflet du faux-Nathaniel le suivi dans le miroir de la chambre. A la place de son propre reflet c'est le Nathaniel du rêve qui s'y trouvait.

Il passa en furie devant le miroir du salon jetant un regard noir au reflet du faux-Nathaniel murmurant de nouveau une méchanceté, oubliant totalement que le vrai Nathaniel se trouvait peut-être dans cette pièce. Matvei s'enfuit dans la salle de bain se trouvant face au miroir géant de la salle de bain. Très lentement, il posa sa main sur le miroir mais le faux-Nathaniel ne s'échappa pas cette fois-ci.  Il répéta :

« Je t'ai montré ce que cela faisait d'être riche, d'avoir du prestige...Tu n'es rien, tu n'es qu'un mouton de poussière que l'on rejette honteusement sous un meuble, tu ne pourrais même pas être mon chien. Tu croyais être à ta place ici ? »

Matvei frappa le miroir de son poing fermé mollement, c'était plus une supplique qu'une attaque.

« Laisse moi... Va-t-en... »

Il laissa sa tête tomber dans sa main, se frottant le visage doucement. Le faux-Nathaniel reprit :

« Tu n'es pas à ta place ici, tu le sais? »

Matvei sanglotait faiblement devant le miroir, la tête entre les mains, sa voix faible reprit :

« Laisse moi... Laisse moi au moins en profiter un peu. Laisse moi voler un peu avant que de retomber. Je retournerai à ma place ensuite... »

La faux-Nathaniel acquiesça et son reflet disparu soudainement, comme s'il n'avait jamais été là. Peut-être et surement n'avait-il jamais été là d'ailleurs. Le Nucléaire se laissa tomber doucement sur le carrelage de la salle de bain, remontant ses genoux contre lui, enfouissant sa tête dedans. Il releva les yeux et vit des pieds nus : Nathaniel, le vrai. Depuis quand était-il là ? Matvei remit sa tête dans ses genoux, haletant, sanglotant encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 19 Mai - 19:11

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Nathaniel était totalement absorbé par son travail. La terre aurait pu exploser qu’il n’aurait rien senti. Mais c’était différent. Il ressentait au fond de lui comme quelque chose de dérangeant, il savait Matvei seul dans sa chambre, mais ce n’était pas ça qui le dérangeait. Il avait une totale confiance en ce jeune homme –peut être trop totale d’ailleurs- non. C’était autre chose. Il se leva, tenaillé par la curiosité et l’inquiétude. D’ailleurs, le mélange en résultant avait quelque chose d’effrayant pour Nathaniel, il avait envie de tout connaître, mais il fallait l’avouer, il n’avait pas la trempe des hommes qui aimaient le danger.
Il se dirigea vers la chambre mais entendit un choc dans la salle de bain. Il fit un demi-tour si rapide qu’il en eut la tête qui tourne pendant une dizaine de seconde. Il prit une longue inspiration, faisant tout pour garder son calme

Alors il ouvrit lentement la porte.

Il avait toujours vu Matvei comme quelqu’un de fort, quelqu’un de grand. Quelqu’un avec des bras puissants dans lesquels il pouvait se réfugier. Le voir ainsi recroquevillé fit naître un serpent de frissons dans sa colonne vertébrale. Il comprit que c’était à lui de prendre des responsabilités. Il devait être une épaule pour pleurer, un bras pour aider et une oreille pour écouter.

« … Je retournerais à ma place ensuite »


Un sourire éclaira ses lèvres, il s’accroupit près de Matvei et écarta doucement ses bras, découvrant un visage baigné de larmes. Il était très inquiet mais essayait de ne pas le montrer. Sa coque extérieure émanait un doux parfait de sérénité, accentué par un doux sourire.

« Ferme les yeux. N’ai plus peur, je suis là, il n’y a que moi. »


Oui. Il était là. Il serait toujours là. Ses mains glissèrent le long de ses bras, passant dans son dos, il ne faisait aucun geste brusque. Il vient doucement l’enlacer, il n’en savait pas beaucoup sur les crises de panique, mais il savait qu’aucun médicament n’était nécessaire. Il prit une douce inspiration et chuchota

« Matvei écoute moi bien … Tu … Tu es chez toi ici … Je … Tu es à ta place… »

Il semblait avoir perdu toute son éloquence. Il en arrivait enfin à parler de cette chose psychique qu’il pensait sans intérêt, les sentiments.

« Matvei … Si tu es resté … C’est … Je comptais t’engueuler à la base mais … Dès que je t’ai vu … Tu … Tu m’as subjugué… J’ai su que … Que je voulais passer ma vie entière … Avec toi »


Ses mains restèrent dans son dos, le caressant tout doucement. Il se voulait rassurant. Il posa sa tête sur son épaule et murmura, encore une fois

« Je suis là … »

Sa voix était douce, mais pas cynique. C’était comme la caresse d’une plume dans le cou de Matvei. Nathaniel sourit tendrement et resta ainsi quelques secondes, quelques minutes heures jours ou années, il n’en savait rien. Il serait là tant que Matvei aurait besoin de lui.

Au bout de quelques millisecondes ou d’une éternité, il se redressa, gardant Matvei contre lui. Il était assez svelte, et soulever la soixantaine de kilos de muscles de Matvei lui demandait un énorme effort qu’il fournit en fronçant légèrement les sourcils, fournissant un encore plus grand effort pour ne rien laisser paraitre.

Il le guida doucement jusqu’à leur chambre et l’allongea sur le lit après avoir rallumé la lumière. Il s’étira légèrement pour réveiller ses muscles engourdis et l’aida ensuite à se placer en position assise.

Il s’agenouilla ensuite auprès de lui et lui prit les mains.

« N’y pense plus Matvei … Je vais venir travailler ici … »


Ce n’était pas une mauvaise idée après tout … Il retourna en vitesse dans la cuisine, faisant de grands pas pour que Matvei les entende, ramassant ses papiers et son crayon qu’il ramena dans la chambre.

Il s’assit en tailleur sur le côté et lui sourit, il était là. Tout près de lui. Et il serait toujours là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Mar 20 Mai - 20:07

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Matvei pensait n'avoir aucune envie d'être dérangé. Il pensait vouloir être seul, aussi seul au monde que possible. Ainsi en voyant -ou plutôt en sentant- Nathaniel s'accroupir auprès de lui, Matvei se replia un peu plus sur lui même. Il aurait voulut lui dire qu'il voulait s'en aller, qu'il préférait qu'il le laisse tranquille, qu'il fallait qu'il se calme seul. En réalité, la panique s'effaçait peu à peu laissant place à un nouveau sentiment qui était la honte. Le rideau de la panique n'était pas encore totalement levé mais déjà la honte était présente derrière, à attendre son tour pour entrer en scène.

« Ferme les yeux. N’ai plus peur, je suis là, il n’y a que moi. »

La voix rassurante de Nathaniel était bien différente de celle du faux-Nathaniel de toute à l'heure. Elle était bien plus douce et bien plus bienvenue que ce que Matvei s'était imaginé. Mais le Nucléraire restait tout de même replié sur lui même, en retrait. Il pensait toujours ne pas avoir besoin de la présence de quelqu'un. Mais les mains de Nathaniel le touchèrent, il eu tout d'abord un geste de recul. Mais devant la douceur de son geste, Matvei ne sût pas résister. Il se retrouva dans les bras de Nathaniel sans trop savoir comment, il savait juste qu'il souhaitait être ici ou plutôt qu'il devait être ici.

« Matvei écoute moi bien … Tu … Tu es chez toi ici … Je … Tu es à ta place… »

Le jeune homme ferma les yeux, sûrement pour cacher l'eau s'y trouvant qui n'était désormais plus dut à la panique.

« Matvei … Si tu es resté … C’est … Je comptais t’engueuler à la base mais … Dès que je t’ai vu … Tu … Tu m’as subjugué… J’ai su que … Que je voulais passer ma vie entière … Avec toi »

La main de Matvei se hissa douloureusement sur l'épaule de Nathaniel d'où il pouvait toucher oisivement une mèche de cheveux de son doigt tendu. Le corps de Matvei faisait les frais de cet accès de panique, cette enveloppe charnelle empêchait toute la passion de Matvei se manifester. Elle était comme inerte, ne répondant plus exactement aux mouvements. Alors Matvei se contenta d'arborer un semblant de sourire qui s'il était un peu fatigué n'en était pas moins sincère.

Il profita donc de ce moment, sa vie entière avec lui ? Un nouveau fantôme de sourire se glissa sur ses lèvres. Peut-être que sa place allait réellement être ici ? Peut-être que Barthélémia serait sa maison ? Peut-être avait-il eu réellement raison de venir à ce rendez-vous particulier ? Peut-être avait-il fait la rencontre de sa vie ? Peut-être que cette rencontre serait sa vie tout simplement ? Peut-être que peut-être. Tout ces mots berçaient Matvei qui se sentait comme dans un lit de plume. Son corps était totalement abandonné à Nathaniel, se laissant aller contre lui.

Au bout d'un certain temps Nathaniel se leva tout en le levant lui, la masse dont les muscles ne répondaient plus. Matvei se sentit juste être soulevé doucement, il essayait du mieux qu'il pouvait de commander à ses jambes de le lever sans gros résultat. Une fois debout, Matvei les jambes de Matvei daignèrent le porter un peu mieux, Matvei s'appuyait sur Nathaniel ne réalisant pas trop la différence de taille -bien que cela soit bien pratique dans cette situation- ni la différence de poids.

Ils pénétrèrent dans la chambre et Matvei sentit de nouveau une sueur froide monter en lui. Il n'osait pas regarder autre part que par terre de peur de voir le faux-Nathaniel réapparaitre sur la vitre de la fenêtre ou dans le miroir. Nathaniel, très prévenant, alluma la lumière dissipant les fantômes de Matvei. Il leva les yeux et se trouva assit sur le lit, en face de Nathaniel qui lui tenait les mains.

« N’y pense plus Matvei … Je vais venir travailler ici … »

Matvei suivit Nathaniel des yeux, il sortait de la chambre et cela ouvrit un gouffre dans la poitrine de Matvei. Ce sentiment inexplicable de vide fut vite comblé par le bruit des pas de Nathaniel. Le jeune homme réapparut dans la chambre avec ses affaires pour travailler et il s'installa à ses côtés. Matvei l'observa quelques instants avec l'air de vérifier si cela n'était pas une blague, s'il allait réellement rester avec lui ici.

Nathaniel lui offrit un sourire qui rassura Matvei. Après ce qui s'était passé, Matvei savait qu'il resterait mais d'un autre côté, il avait montrer sa faiblesse pour de bon. Tout nu. Il s'était mis tout nu. Et sa nudité n'avait pas été belle à voir, une faiblesse sans fond. Sans besoin de creuser, Matvei tombait toujours plus bas. Si Nathaniel était resté -ou plutôt l'avait laissé resté- peut-être bien qu'il resterait -ou le laisserait rester- pour « toujours ».

Matvei se décida donc à lui sourire, ses traits tirés ainsi étaient ceux d'un jeune homme épanoui. On eut dit qu'il revivait, comme une renaissance, un jour nouveau. Lui même sentait au plus profond de son corps que le palpitant avait maintenant une raison de ne pas se foutre en l'air. Car il ne s'agissait que de cela, Matvei était destructeur et souvent auto-destructeur. Il ne savait pas pourquoi -et n'avait jamais cherché à comprendre- d'où venait ce besoin de tomber toujours plus bas.

Matvei se pencha pour donner un baiser sur la joue de Nathaniel, un baiser timide comme si c'était la première fois, le premier contact entre eux. Il se laissa glisser jusqu'à être allongé sur le matelas, se mit sous les draps et ferma les yeux. Il avait un drôle sentiment de sécurité.

Il finit par se retourner et poser sa tête sur la cuisse de Nathaniel, comme un chat qui cherche absolument le contact, peu importe la gêne occasionnée. Il frotta sa tête contre la cuisse de son aimé et marmonna ses quelques mots :

« Moi aussi... Moi aussi j'ai su que c'était toi, que ça avait toujours été toi et que ce serait toujours toi. »

Un nouveau sourire gêné apparu et ses joues se teintèrent de rouge. Sa sérénité était visible, aucune ombre n'était présente sur son visage qui avait d'habitude toujours un côté sombre. Il avait dit tout cela les yeux fermés donnant l'impression de dormir. Mais sa voix reprit :

« J'ai su que tu dissiperai mes cauchemars, chasserai mes ombres... »

Ses sourcils se froncèrent, une nouvelle pensée venait d'atterrir dans sa tête et il ne tarda pas à la formuler :

« Je ne sais pas ce que j'ai à t'apporter. Je n'ai jamais eu à apporter quoique ce soit à quelqu'un. Je ne sais pas moi même ce que je peux t'offrir mais sache que... que je ferais tout ce qui m'est possible et plus encore. »

Cette fois-ci il avait fini, il avait dit tout ce qu'il avait en tête et ne voulait pas déranger Nathaniel plus longtemps dans son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Ven 23 Mai - 21:46

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort














Matvei se laissa guider, il ne répondit pas tout de suite à la tirade gênée de Nathaniel. Ce qui le fit rosir encore plus.

Puis il partit chercher ses feuilles et quand il retourna dans la chambre, Matvei avait glissé, couché, il le regarda tendrement et s’assit, jambes tendues et croisées, sous la couette.

Aussitôt, Matvei vint se réfugier contre lui, posant sa tête contre sa cuisse. Nathaniel sourit et leva légèrement le coude pour lui laisser la place de frotter sa peau contre son pyjama. Il en sourit tendrement et ébouriffa ses cheveux du bout des doigts

« Moi aussi... Moi aussi j'ai su que c'était toi, que ça avait toujours été toi et que ce serait toujours toi. »

Il rougit brusquement, lui. Toujours lui. Depuis toujours et à jamais. Il frissonna et entremêla son doigt dans une mèche de cheveux de Matvei, gêné. Il ne savait pas quoi dire … Heureusement Matvei continua

« J'ai su que tu dissiperai mes cauchemars, chasserai mes ombres... »

Bizarrement, Nathaniel avait l’habitude d’être apparenté à un cauchemar pour les autres. Mais le mot sonnait différemment dans la bouche de Matvei. Il était plus doux que tout ce qui lui avait été dis jusque là. Il se mit même à supplier intérieurement Matvei de continuer. Ses « rêves » se réalisèrent

« Je ne sais pas ce que j'ai à t'apporter. Je n'ai jamais eu à apporter quoique ce soit à quelqu'un. Je ne sais pas moi même ce que je peux t'offrir mais sache que... que je ferais tout ce qui m'est possible et plus encore. »

Il fallait que ça s’arrête. Son cœur allait exploser. Il se mit brusquement au dessus de Matvei, le souffle court. Ses feuilles, auparavant sur ses genoux, virevoltèrent en pluie autour de lui. Il respirait fort, peut être un peu trop. Sa peau chauffait, oui c’était une réaction assez disproportionnée, mais il était conduit par ses instincts. Pas par son cerveau.

« Tais toi … Tais toi … »

C’était plus une supplication qu’autre chose. Il avait gémit. Il se pencha vers le jeune homme et l’embrassa dans le cou, plusieurs fois. Il mordilla sa peau et souffla dessus, murmurant

« Matvei … Le simple fait de savoir que tu existe … Suffit à mon bonheur. »


C’était mal tourné, mais c’était l’un des plus beaux compliments, le plus beau qu’il n’ait jamais fait. Pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Sam 31 Mai - 21:13

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Alors que Matvei venait de faire la plus belle -et la seule- déclaration de sa vie, Nathaniel se mit au dessus de lui, se fichant totalement du bazar qu'il mettait dans ses papiers, sa voix implora :

« Tais toi … Tais toi … »


Une pluie de baisers tomba sur la peau de Matvei qui ressenti comme une multitude de picotements, Nahtaniel poursuivit :

« Matvei … Le simple fait de savoir que tu existe … Suffit à mon bonheur. »

Un sourire un peu confus se posa sur les lèvres de Matvei, premièrement on ne lui avait jamais dit de telles choses, deuxièmement cela lui mettait une sorte de pression. C'est à dire qu'il devait vivre afin de rendre heureux Nathaniel. Il n'était plus question de se foutre en l'air un soir et de risquer de ne jamais rentrer « à la maison ». D'ailleurs, pourrait-il encore réellement sortir ? Ne s'était-il pas lancé dans une aventure qui l'enfermerait petit à petit ? Matvei savait qu'un jour ou l'autre sa façon de vivre nuirait fortement au bonheur de Nathaniel s'il continuait de penser ainsi.

Il passa la main dans les doux cheveux blancs du Roi. Matvei n'avait pas la même vision, il ne supporterait pas de savoir Nathaniel vivant s'il ne l'aimait pas. Un peu extrême, certes, mais la vie de Nathaniel ne lui était pas d'un grand intérêt s'il ne l'aimait pas. Il fallait que Nathaniel partage sa vie avec lui ou qu'il ne vive pas.

C'était là l'explication du sourire un peu étrange de Matvei. C'était un mélange d'extrême bonheur, d'une touche de tristesse et d'un soupçon de sadisme. Cependant, le Nucléaire n'en dit pas plus, sa voix doucereuse et grave lui répondit :

« Tu es à moi et je suis à toi, que ça ne change pas. Je te laisse travailler maintenant.. »


Il déposa un baiser léger sur les lèvres de Nathaniel, la main toujours enfouie dans les cheveux de ce dernier. Matvei se réinstalla du mieux qu'il pu car il sombra très vite dans un sommeil profond et bien mérité.

La nuit de Matvei fut intercalée de moments de repos profonds et d'angoisses qui heureusement ne furent que passagères. A chaque fois qu'un cauchemar le réveillait en sursaut, Matvei s'étendait sur le dos, les yeux grands ouverts, sa poitrine se soulevant violemment sous ses inspirations, sa main venait tâter les draps à ses côtés et toujours elle rencontrait une partie du corps de Nathaniel. A ce contact, Matvei se retournait, se blottissait contre le jeune homme, inspirant son odeur rassurante, et se rendormait aussitôt. Plusieurs de ces épisodes se produisirent mais Matvei finit par tomber dans un sommeil complet.

Cela faisait bien longtemps que le jeune homme ne s'était pas reposé autant. D'habitude, ses nuits sont coupées toutes les 3-4h d'un réveil brutal. Le Nucléaire ne dort ainsi que par petits épisodes, il se lève, faire des rondes dans son salon-chambre, fume, et attend que Morphée le prenne de nouveau. En vérité, il attend le « train ». Son père lui racontait qu'un train passait toutes les 2-3h à destination du sommeil et qu'il ne fallait pas le louper. Bien sur, maintenant Matvei sait très bien qu'il ne s'agissait que d'une ruse de plus pour qu'il aille se coucher tôt mais il continue de se dire que train passera maintenant dans 1h et qu'il faut attendre encore un peu. Il reste donc assit à regarder les secondes passées et lorsque l'heure du train approche, il se recouche mollement afin de ne pas le louper.

Ce matin là, Matvei ouvrit les yeux et fut surpris de son état de repos, il avait Nathaniel dans les bras et son nez fut chatouillé par quelques mèches de cheveux. Il s'étira doucement et se retourna dans les draps, profitant de leur fraicheur et de leur douceur. Lorsqu'il se tourna vers Nathaniel, il n'y était déjà plus. Il cligna plusieurs fois des yeux : il était clairement inconcevable d'être aussi rapide dès le matin ! Mais il n'était bel et bien plus là. Matvei se remit sur le dos, laissant ses yeux s'accoutumer à la lumière du soleil.

Matvei ne su pas d'il s'était rendormi ou non mais il se réveilla suite à un petit cliquetis, il se mit sur le flanc et vit Nathaniel arrivé, plateau petit dej en main. Tout de suite, un énorme sourire illumina le visage de Matvei. Il était décidément trop adorable, avec son plateau, le débardeur de Matvei -beaucoup trop grand pour lui- sur le dos, ses jambes nues et ses cheveux en bataille. Il avait vraiment mit le paquet ! D'ailleurs en parlant de paquet... n'était-il pas à moitié apparent sous le débardeur ? Matvei releva automatiquement les yeux vers le visage de Nathaniel. Il avait eu sa réponse et le jeune homme était bel et bien nu sous ce bout de tissu. La voix moqueuse de Matvei demanda :

« Est-ce pour te faire pardonner d'une bêtise faite ou à venir ? »

Un nouveau sourire fendit le coin de ses lèvres et il s'assit sur le lit préparant un oreiller en dossier pour son homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Dim 1 Juin - 10:17

Feuille de personnage
Sexualité: Bisexuel
Métier : Fucking Perfect Salopard
Citation: Si tu penses que la violence ne résout rien c'est que tu ne frappes pas assez fort















« Mo… Monsieur ?! Vous … Que faites vous là à cette heure ? »

Plutôt petite, des cheveux noir, une peau immaculée, c’est Tai-Wuang. La femme de ménage personnelle de Nathaniel. Celle qui le mesurait tous les mois pour commander des costumes sur mesures. Elle était en blouse blanche déjà tâchée et le regarda avec des yeux ronds. Elle se précipita sur le comptoir de la cuisine, attrapa son agenda et le lui brandit devant les yeux

« Mais monsieur, que vont dire les Australiens ? Vous aviez rendez vous avec eux il y a un quart d’heures, et … Et les Thaïlandais ? Vous savez qu’ils comptent beaucoup sur vous … »


Il rit, il tirait sur le débardeur pour ne pas que sa virilité soit dévoilée et cela lui faisait une petite robe absolument magnifique. Tai’ se retenait pour ne pas éclater de rire. Il lui prit l’agenda des mains et déchira la page d’aujourd’hui, et de demain par la même occasion.

« Installez les tous dans une suite de Barthélémia. Engagez tous le personnel censé passer ici. Je ne veux voir personne de la journée, mais détendez les… Faites tous pour qu’ils se sentent bien. C’est le plus important. Si vous les caressez dans le sens du poil je pourrais leur cracher à la gueule après qu’ils ne s’en rendraient même pas compte. Maintenant, ce serait trop tôt. Ma salive n’est pas prête à une armée chauffée à blanc par vingt heures de décalage horaire. Appelez les pu*es si nécessaire ! »

Elle s’inclina légèrement en signe de soumission et se détourna pour attraper la poignée de la porte.

« Attendez … »

Elle rosit, après tout, elle est comme toutes les femmes célibataires avec des rêves plein le cœur. De plus, elle fréquentait quotidiennement l’homme le plus riche jamais connu, si ça avait été une demande en mariage, elle aurait tout de suite dis oui. Il avait l’air gêné, il se grattait l’arrière de la tête

« Il est où le beurre ? »

Elle sourit tendrement, après tout, Nathaniel était un gamin. On lui faisait tout.
Elle ouvrit les placards et lui montra tous les ingrédients nécessaires

« J’ai même acheté de Nutella »


Il rougit violemment

« Que … Pourquoi ? »

Elle rit


« Le premier contrat que vous aviez manqué, je vous ai retrouvé en train de vider le pot de Nutella dans lequel vous aviez vidé vos anti dépresseurs devant un épisode des feux de l’amour »


Il grogna et la faucha aux niveaux des chevilles, elle tomba en arrière et se cogna violemment la tête contre le carrelage. Il grogna et se dirigea vers le plateau qu’elle avait posé sur le comptoir.

« Ne me parle plus jamais de cette époque de ma vie. »

Elle avait les larmes aux yeux et se mit sur les genoux, courbant le torse, mettant la tête contre le sol

« Désolée … Désolée … »

Il grogna, ça n’avait pas été judicieux de sa part… Il la prit par les mains et la releva

« Tai’ … Chhhh … C’est rien. Tu peux partir je me débrouillerais »

Il savait faire ce sourire envoutant et elle mordit à l’hameçon. Elle se fendit d’un petit sourire discret et s’appuya volontiers sur l’épaule qu’il lui présentait. Il lui caressait les cheveux, la plongeant donc dans un état d’obéissance amorphe.
Il la fit sortir de la pièce et poussa un énorme soupir, un léger soupir aux lèvres

« Les humains … »

Il se dirigea de nouveau vers la cuisine et prépara des tartines ainsi qu’une tasse de café au lait.
Saisissant le plateau il se dirigea de nouveau vers la chambre avant d’ouvrir. Matvei était réveillé et le regardait avec un grand sourire.

« Est-ce pour te faire pardonner d'une bêtise faite ou à venir ? »

Il rit et vint s’allonger à sa gauche après avoir posé le plateau à la droite de Matvei. Se roulant en boule comme un chat, les mains sous la tête.
Il sourit doucement et lui tira la langue

« Sache que j’ai pris ma journée entière rien que pour toi … A moins que tu préfère sortir seul afin de retrouver un peu de ton ancienne vie … Je … Je ne veux pas que tu te sentes enfermé … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Lun 2 Juin - 20:36

Feuille de personnage
Sexualité: Gay
Métier : Serveur/videur
Citation: Je suis capable du meilleur comme du pire mais c'est dans le pire que je suis le meilleur.














Un petit rire délicieux sortit de Nathaniel et Matvei le regarda s’installer et trouver sa place.

« Sache que j’ai pris ma journée entière rien que pour toi … A moins que tu préfère sortir seul afin de retrouver un peu de ton ancienne vie … Je … Je ne veux pas que tu te sentes enfermé … »

Un nouveau sourire se posa sur Matvei. Cela le touchait grandement bien qu’il ne souhaitait aucunement distraire Nathaniel et nuire à son travail. Mais de toute façon, Matvei pensait que Nathaniel travaillait bien trop et qu’il lui fallait un peu d’air. Il répéta doucement d’un air perdu:

« Mon ancienne vie… »


Il secoua la tête afin de chasser les idées qui lui venaient et repris avec un nouveau sourire :

« Etre enfermé avec toi serait la plus douce des prisons »

A son tour, il lui tira la langue. En vérité, nommer ainsi « son ancienne vie » était très étrange pour Matvei. Il n’arrivait pas à se dire que du jour au lendemain sa vie se ferait ici, dans Barthélémia même. Devait-il s’adapter à cette vie ou rester lui-même ? Devrait-il apprendre à parler le « politiquement correct » et apprendre l’art de la manipulation ? Devrait-il se vêtir autrement et changer son apparence ? Il n’en savait strictement rien et n’avait pas réellement envie de le savoir. Car il pensait ne pas pouvoir changer du tout au tout. En réalité, Nathaniel l’avait aimé ainsi et c’est donc ainsi qu’il demeurait. Mais une inquiétude se profilait dans l’esprit de Matvei : Nathaniel accepterait-il les « sorties de cassage » de Matvei ? Peut-on continuer d’être un Nucléaire lorsque sa vie se déroule à Barthélémia ?

Matvei n’était pas prêt à en parler avec Nathaniel, c'était bien trop tôt pour s'imposer des choses. Il lui fit un petit clin d'œil et ébouriffa ses cheveux qui n'avaient nullement besoin d'aide.

« Donc ça veut dire pas de travail du tout aujourd'hui ? »

Il se saisit donc d'une tartine qu'il tendit au jeune homme Ce qui suit est un peu abrupt mais Matvei n'était pas habitué à faire dans la douceur :

« Manges. »

Son téléphone sonna et Matvei le sortit aussitôt, clairement peu de gens étaient capables d'envoyer un message en plein journée, il s'agissait forcément de quelque chose d'urgent. Tout en lisant le sms reçu, Matvei approchait toujours plus près la tartine de Nathaniel, sans s'en rendre compte, sans regarder. Lorsqu'il acheva, son expression avait changé, l'ombre refit surface. Il s'éclaircit la voix et ne savait par ou commencer.

« Pour une fois que tu n'as pas à travailler, c'est moi qui suis appelé. J'ai une... Réunion avec les autres. »

Il baissa les yeux et observa ses mains. Matvei finit par donner un baiser sur la joue de Nathaniel :

« Ça ne sera pas trop long normalement, crois moi, je serais efficace. J'irais chercher des affaires chez moi et je reviens d'accord? »

Accompagnant le geste à la parole, il se leva et commença à s'habiller. Son idée était la suivante : Partir vite pour revenir vite. De toute façon, il n'avait pas vraiment le choix, il fallait y aller maintenant pour être à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: un dîner aux chandelles particulier. (PV Matvei) Aujourd'hui à 17:21














Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Garde du corps particulier cherche employeur aisé.
» Chercher un bijou particulier
» Un cours vraiment très particulier
» Diner aux chandelles [PV Ion]
» Cours particulier ? [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SYMPHONY CITY :: CENTRE-VILLE :: Barthélémia-